L’Aisne soutient l’installation des professionnels de santé

L’association Aisne initiative a accordé l’an passé huit prêts à taux zéro à des professionnels de la santé installés d

387
Les prêts à taux zéro financent des projets d’installation de cabinet médicaux en zones déficitaires.
Les prêts à taux zéro financent des projets d’installation de cabinet médicaux en zones déficitaires.

 

L’Aisne est un département essentiellement rural qui souffre d’un déficit de démographie médicale.
L’Aisne est un département essentiellement rural qui souffre d’un déficit de démographie médicale.

J’ai bénéficié d’un prêt de 5 000 € », témoigne Virginie Ruiz, 35 ans, qui travaillait dans l’Oise auparavant. Elle vient d’ouvrir à Chauny son cabinet d’orthopédiste-orthésiste (spécialiste du petit appareillage externe). Elle y a investi 17 000 € et l’aide d’Aisne initiative qui lui a accordé un prêt à taux zéro lui a été très précieuse.
« Sans ce prêt, je n’aurais pas pu m’installer, explique Virginie Ruiz. Et je suis venue m’installer à Chauny parce qu’il y a ici un vrai potentiel pour ma profession. » Les centres hospitaliers de Chauny et de Saint-Quentin et certaines cliniques de la région adressent désormais nombre de patients au cabinet de Virginie Ruiz. Et son cabinet (www.ruizmedical. com), qui a prévu de réaliser un chiffre d’affaires de 10 000 € par mois, créera bientôt un emploi de secrétaire et d’agent administratif
L’association Aisne initiative (qui fait partie de l’agence départementale Aisne développement, dépendant en grande partie du conseil général) a accordé l’an passé huit prêts à taux zéro à des professionnels de santé. Les bénéficiaires sont des pharmaciens, des infirmières libérales (dont un cabinet de soins palliatifs) et le cabinet d’orthopédie de Virginie Ruiz.

L’association cible les médecins
Le fonds, qui a servi à financer ces prêts, soit 40 000 €, provient de la Fondation du Crédit agricole. « L’utilisation de ce fonds permet le maintien, l’installation ou la reprise de professions médicales ou paramédicales dans des zones du département de l’Aisne qui souffrent d’un déficit dans ce domaine », souligne Lucie Gervois, chargée de mission. Elle s’occupe d’instruire les demande de prêts à taux zéro avec Gérard Leprêtre, vice-président d’Aisne initiative. A noter que le déficit de démographie médicale dans l’Aisne, département comptant 816 communes dont une grande part de communes rurales, est bien confirmé par les statistiques de l’Agence régionale de santé.
Les prêts (de 5 000 à 10 000 €) sont accordés par l’association Aisne initiative au regard de plans de financement de projet de maintien, d’installation ou de reprise de 10 000 à 20 000 €. L’accord d’un prêt à taux zéro à un professionnel de santé lui permet en outre de décrocher des prêts bancaires, avec la caution économique d’Aisne initiative.
« Nous constatons la permanence des demandes dans l’Aisne du fait de la croissance de la dépendance et de l’hospitalisation à domicile. Le bouche à oreille a bien fonctionné », précise la chargée de mission.
Désormais, Aisne initiative cible aussi les médecins afin qu’ils s’installent dans les zones rurales. Cependant, l’association Aisne initiative est maintenant à la recherche de nouveaux financeurs qui pourraient de nouveau abonder le fonds réservé aux professionnels de santé (ou au professions paramédicales).

Les prêts à taux zéro financent des projets d’installation de cabinet médicaux en zones déficitaires.
Les prêts à taux zéro financent des projets d’installation de cabinet médicaux en zones déficitaires.

Définition de zones prioritaires
Les prêts à taux zéro d’Aisne initiative viendront compléter l’effort national – si tant est qu’il y en ait un – de réduction des inégalités de répartition des médecins et des offres de soins. Selon les syndicats médicaux, la Picardie compte 256 médecins pour 100 000 habitants alors qu’on en dénombrerait 426 pour 100 000 habitants en Ile-de-France.
Etat, régions et Assurance maladie tentent de favoriser aussi financièrement l’installation et le maintien des professions de santé dans des zones prioritaires. Il s’agit de zones rurales ou urbaines déficitaires en offres de soins définies par les ARS, des zones de revitalisation rurale (ZRR – ouvrant droit à des exonérations fiscales aux entreprises qui y sont implantées) et des zones franches urbaines.