Chémery veut redevenir un acteur majeur sur l’Aisne

Après une période difficile, l’entreprise Chémery retrouve une nouvelle vie grâce à deux entrepreneurs, Jean-Paul Berthe et Alain Levy, qui ont bâti une nouvelle stratégie sur le savoir-faire et les compétences des salariés et sur la notoriété d’une boîte créée en 1913.

479
L’entreprise a quitté le centre-ville pour la zone industrielle, avec des bâtiments plus adaptés.
L’entreprise a quitté le centre-ville pour la zone industrielle, avec des bâtiments plus adaptés.

 

L’entreprise a quitté le centre-ville pour la zone industrielle, avec des bâtiments plus adaptés.
L’entreprise a quitté le centre-ville pour la zone industrielle, avec des bâtiments plus adaptés.

Il y a dans cette entreprise un vrai savoir-faire de la part des salariés. C’est un atout. Mettre cette compétence à la casse était insupportable. » Jean- Paul Berthe est l’un des deux actionnaires d’une holding parisienne à avoir repris en mai 2011 Chémery, une entreprise laonnoise qui a connu des moments difficiles. « Tous étaient condamnés à être au chômage », se souvient le nouveau dirigeant qui a repris, à la barre du tribunal de commerce de Saint- Quentin, l’entreprise à la limite de la liquidation judiciaire. Il s’en est fallu de peu pour voir disparaître l’une des plus vieilles entreprises laonnoises, créée en 1913 par M. Chémery qui a démarré son activité au moment de l’électrification de la ville-préfecture. Au fil des décennies, Chémery était devenue l’une des entreprises d’électricité les plus importantes de l’Aisne.

Compétences des salariés
Si le savoir-faire et les compétences sont toujours reconnus, la notoriété de l’entreprise a pâti de la « communication » faite autour du plan de redressement judiciaire, des difficultés et des licenciements. Les nouveaux dirigeants, Jean-Paul Berthe et Alain Levy, ont mis en place une nouvelle stratégie de développement. « Les six premiers mois ont été consacrés à reconquérir notre présence auprès des acteurs publics et du marché des appels d’offres pour bâtir un nouveau carnet de commandes », explique Jean-Paul Berthe. Les deux hommes ne sont pas des novices dans le secteur. Ils dirigent Deal-elec, une entreprise travaillant dans les domaines du courant fort, du courant faible et de la maintenance. Un secteur sur lequel l’entreprise laonnoise est aussi positionnée. « Depuis le début de l’année, nous faisons jouer à plein l’effet compétences des salariés en les détachant sur des chantiers Deal-elec qui connaît des surcroîts d’activité », annonce Jean-Paul Berthe pour qui « cette opération permet de remettre au travail de façon significative les salariés en attendant des chantiers propres à Chémery ». Un plan de formation est déployé pour assurer l’évolution des salariés et améliorer les compétences. De plus, l’entreprise Chémery va déployer le même fonctionnement que Deal-elec : utiliser les forces internes (le savoir-faire) et les forces externes (sous-traitance ou intérim).

De nouveaux bâtiments plus adaptés
Les dirigeants vont aussi jouer sur la synergie commerciale. Les deux entreprises, l’une située sur le Nord de la France et l’autre sur la région parisienne, vont pouvoir répondre à de nouveaux marchés, plus importants. « Cette synergie est un atout, mais chaque entreprise doit avoir ses propres chantiers, ses propres clients. » Pour les nouveaux dirigeants, « Chémery doit redevenir un acteur majeur et incontournable et un équipementier principal sur l’Aisne ». Et cela passe par une implication dans la vie locale. « On participe à l’effort de Rémi Gosteau, président de l’US Laon, pour favoriser l’insertion des jeunes par le sport, en tant que membre actif du club de foot et du club des entreprises partenaires. Si nous pouvons accueillir des jeunes en stage, signer des contrats d’apprentissage ou embaucher des jeunes, nous le ferons. » Au printemps dernier, Chémery s’est installée dans de nouveaux locaux, en zone industrielle. Des bâtiments plus adaptés et à l’image de l’entreprise. Des travaux d’extension du bâtiment sont en cours. L’entreprise emploie aujourd’hui 35 salariés (28 salariés lors de la reprise). « Notre objectif est de faire grandir l’entreprise, annonce Jean-Paul Berthe pour qui Chémery est une entreprise qui reste familiale avec toute sa modernité. Elle est basée sur l’humain et une certaine éthique des relations ».