Chauny compte un nouvel artisan avec Platrelec

Début septembre, la société Platrelec ouvrira ses portes. Son gérant, Sébastien Licette, reçoit déjà des clients et réalise ses premiers devis pour des chantiers portant sur l’électricité et la pose de plaques de plâtre. Sa société ouvrira un magasin où les clients pourront trouver du matériel de qualité, avec des conseils éclairés. Son but est de se faire une place sur un marché local très concurrentiel.

Sébastien Licette espère offrir un maximum de produits et services à ses clients dès son ouverture.
Sébastien Licette espère offrir un maximum de produits et services à ses clients dès son ouverture.

 

Sébastien Licette espère offrir un maximum de produits et services à ses clients dès son ouverture.
Sébastien Licette espère offrir un maximum de produits et services à ses clients dès son ouverture.

L’entreprise n’est pas encore ouverte. Les locaux sont propres mais Sébastien Licette a besoin d’encore quelques jours pour peaufiner son installation. Même s’il n’est pas ce qu’il souhaitait, ce jeune entrepreneur d’une trentaine d’années réalise déjà des devis pour de futurs clients en continuant la mise en place de son magasin. « C’est un plus », explique-t-il à propos du magasin dans lequel il vendra à la fois des produits électriques et d’autres de plâtrerie. « Je vise très peu les particuliers. Environ 80 % de mes clients seront des commerçants, des collectivités ou des artisans », estime-t-il.
Pour arriver à monter sa structure, il s’est heurté à l’attentisme des banques, peu enclines à lui fournir les 8 000 € nécessaires pour se fournir au niveau du stock.

Un projet peaufiné
Ne serait-ce que pour la réfection du magasin qu’il loue, il a travaillé seul avec sa femme durant trois semaines en investissant 2 000 € de matériel. Un démarrage en douceur est une nécessité. « J’étale les dépenses », souligne-t-il. Il n’est pas non plus effrayé par le nombre important d’autres artisans dans ce secteur d’activité. « Il y a du travail pour tout le monde. Mon rayon d’action se situera sur Soissons, Saint- Quentin ou Noyon. Le but est de grossir », poursuit-il. Cette reprise d’activité dans le bâtiment comme entrepreneur lui fait retoucher le terrain directement, après avoir passé trois ans derrière un bureau et avoir subi un licenciement en début d’année.
Son objectif est de réussir à avancer et à grossir doucement après avoir passé près de quatre mois à peaufiner son projet. Il tire aussi avantage d’une précédente entreprise, MCR, qu’il avait fondée il y a quelques années. Il se propose ainsi de faciliter le travail de ses futurs clients en recherchant les autres métiers dont ils ont besoin pour certains chantiers. « Aujourd’hui, les gens veulent passer par un seul interlocuteur », affirme-t-il. Grâce à cela, il espère gagner rapidement de nouveaux clients en leur offrant aussi du matériel de qualité.