Amiens et Amiens Métropole prêtes à accueillir les emplois d’avenir

Gilles Demailly, maire d’Amiens et président d’Amiens Métropole, a exprimé le 31 août son soutien au projet du gouvernement sur les emplois d’avenir, espérant même figurer parmi les premières collectivités signataires du projet.

671
Michel Daumin, Gilles Demailly et Daniel Beaupère s’engagent pour accueillir des emploi d’avenir.
Michel Daumin, Gilles Demailly et Daniel Beaupère s’engagent pour accueillir des emploi d’avenir.

 

Michel Daumin, Gilles Demailly et Daniel Beaupère s’engagent pour accueillir des emploi d’avenir.
Michel Daumin, Gilles Demailly et Daniel Beaupère s’engagent pour accueillir des emploi d’avenir.

Entouré de Michel Daumin, directeur des services de la ville et d’Amiens Métropole, et de Daniel Beaupère, 3e vice-président d’Amiens Métropole en charge de l’insertion et de la Mission locale, Gilles Demailly a tenu à redire la volonté de la ville et de la communauté d’agglomération d’être des employeurs publics exemplaires (6 % de travailleurs handicapés, parité chez les agents, diversité des métiers), avant de présenter longuement sa vision en matière d’emplois aidés et son enthousiasme face aux emplois d’avenir annoncés par le gouvernement à partir du 1er janvier 2013.

Contrer le chômage des jeunes
Chaque année, plus de 120 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme. En Picardie, selon une étude de l’Insee datant de juillet 2012, ils seraient plus de 30 000. Dans ces conditions, l’accès à l’emploi, déjà difficile, se complique encore un peu plus par temps de crise.
Le projet de loi présenté par Michel Sapin, ministre du travail, a pour vocation d’aider ces jeunes, de 16 à 25 ans, en grande difficulté. Pour cela il entend créer, à partir du 1er janvier 2013, 100 000 emplois dans des filières d’avenir (services à la personne, énergie verte, nouvelles technologies…) à destination en priorité des zones urbaines ou rurales, les plus marquées par le chômage. A Amiens, même s’il n’existe pas d’étude précise, la mairie avance le chiffre de 50 % de chômage dans les quartiers Nord et environ 40 % dans le quartier d’Etouvie.
Gilles Demailly a rappelé l’investissement de la ville et de ses équipes sur le sujet de l’emploi et la création dès 2009 des contrats engagement diversité. Ces contrats ont permis à 65 jeunes victimes de discriminations (sociale, raciale…) d’apprendre un métier au sein des services de la ville d’Amiens et d’Amiens Métropole en étant encadrés et guidés par des tuteurs internes. Des initiatives reprises à présent à l’échelle nationale.
A partir de 2013, Amiens Métropole et la ville d’Amiens s’engagent à accueillir rapidement une centaine de jeunes, accompagnés par des agents expérimentés, au titre des emplois d’avenir qui verront la fin des CED, sans pour autant toucher les autres contrats aidés dont bénéficient chaque année plus de 200 personnes. Si les employeurs non marchands (associations, collectivités) sont principalement concernés par les emplois d’avenir, Gilles Demailly a cependant souligné que ce travail autour de l’emploi ne pourra se faire sans un acteur incontournable : l’entreprise. Amiens et Amiens Métropole ne représentant que 4 % des emplois.
Concrètement, les employeurs intéressés devront prendre contact avec l’agence Pôle emploi ou la Mission locale de leur secteur pour présenter leur projet et le poste qu’ils destinent à un jeune. Une fois ce projet validé en tant qu’emploi d’avenir et le jeune trouvé (par l’employeur, la Mission locale ou Pôle emploi), ne restera plus qu’à signer un contrat en CDD ou en CDI entre le jeune et l’employeur pour une durée allant d’un à trois ans.
Si les emplois d’avenir sont pilotés par le préfet, le projet en lui-même renforce les engagements (faire d’Amiens une référence en matière d’économie solidaire et sociale, accompagner la formation des étudiants et des talents locaux, orienter les projets économiques au sein des zones urbaines sensibles et développer les liens entre les entreprises et les citoyens), pris suite aux Etats généraux de l’économie par la ville d’Amiens et Amiens Métropole ainsi que par les organisations patronales.