Adrenal’in, la passion de la danse

Dans le haut de Margny-les- Compiègne, un nouveau centre de danse et de fitness vient de voir le jour depuis début septembre : Adrenal’in. Kathy Mohr, professeur de danse, s’est lancée dans la construction de son propre centre de danse. Une expérience enrichissante pour cette passionnée de danse depuis l’âge de 5 ans.

414
A peine ouvert, le centre de Kathy Mohr connaît un fort succès, comme ici avec le cours de zumba.
A peine ouvert, le centre de Kathy Mohr connaît un fort succès, comme ici avec le cours de zumba.

 

A peine ouvert, le centre de Kathy Mohr connaît un fort succès, comme ici avec le cours de zumba.
A peine ouvert, le centre de Kathy Mohr connaît un fort succès, comme ici avec le cours de zumba.

Danse de salon, danse classique, street funk, danses en ligne, country ou encore zumba, Kathy Mohr propose dans son centre un large choix de danses et pour tous les niveaux, que ce soit en loisir ou en débutant, seul ou en couple. Passionnée, elle enseigne également tous les styles, avec l’aide de deux danseuses, notamment pour la danse classique. « Depuis l’âge de cinq ans je pratique la danse. Je suis passée par le classique, le modern jazz, la danse contemporaine, la danse de salon et la danse sportive », raconte Kathy Mohr. Outre la danse, des activités de fitness sont également dispensées en cours : abdos fessiers ou renforcement musculaire pour sculpter la silhouette.
Ces activités sont très appréciées car la danse est une discipline très technique, chaque pas reste très précis et doit être appris, parfois même pendant des mois. Le public est aussi varié que les danses : les passionnés se dirigeront vers des danses techniques comme le street funk « qui est un mélange de hip hop et de chorégraphie, avec un travail sur le corps et les mouvements, comme les danses de Shakira ou de Beyoncé » explique le professeur de danse, alors que les amateurs se dirigeront vers la zumba, par exemple, pour la dépense énergétique. La demande est telle que Kathy Morh a inclus dans son planning des stages de danse dispensés par d’autres professeurs les samedis et dimanches après-midi pour les danses spéciales comme le tango argentin, la danse orientale, les claquettes, etc.
Beaucoup de danses sont donc proposées mais c’est un choix pour garder la passion d’enseigner. « Je trouve mon plaisir dans toutes les activités car elles n’ont pas le même rôle. Soit les gens recherchent la dépense énergétique, soit la qualité technique », note-t-elle. Autant de choix qui n’altèrent pourtant pas la qualité de l’apprentissage.

Un centre à son image
Cette passionnée est aussi une professionnelle confirmée. Elle a d’ailleurs été cette année finaliste des championnats de France en danse sportive avec son partenaire, Xavier Feret, également professeur de danse à Amiens. La passion est devenue au fil des années un métier. Il y a vingt ans, elle a passé son brevet d’Etat EGDA (expressions gymniques et disciplines associées). « Ma mère est danseuse et elle m’a transmis sa passion », se souvient-elle.
Avec son expérience, elle décide à se lancer : après plusieurs recherches elle fait construire son centre sur 270 m², dont une salle de danse de 190 m² avec miroirs et parquet flottant. Douches, vestiaires et cuisine sont installés pour le plus grand confort des danseuses et danseurs. « La danse, c’est tout un monde, sourit Kathy. Les gens sont passionnés et ils recherchent une convivialité et un apprentissage dans le même temps. »
Mais c’est réellement la recherche de la performance qui a précipité son choix. « En association, les salles sont prêtées et nous n’avions pas tous les créneaux horaires que nous souhaitions, ce qui joue sur la qualité des cours. Au bout d’un moment, je n’arrivais plus à travailler comme je le souhaitais », confie-t-elle. Dynamique, Kathy Mohr compte faire découvrir ou redécouvrir des danses au plus grand nombre.