Une parenthèse au Cise

A Saint-Valéry-sur-Somme, perché en haut de la falaise du Bois-de-Cise, le Cise offre une vue panoramique sur l’embouchure de la baie de Somme et les falaises de Ault et du Tréport. Une adresse design qui vient de faire en 2012 son entrée au Relais du silence.

563
Eric Joswiak, devant l’une des vues incroyables qu’offre son établissement au Bois-de-Cise.
Eric Joswiak, devant l’une des vues incroyables qu’offre son établissement au Bois-de-Cise.
Eric Joswiak, devant l’une des vues incroyables qu’offre son établissement au Bois-de-Cise.
Eric Joswiak, devant l’une des vues incroyables qu’offre son établissement au Bois-de-Cise.

Neuf chambres et deux suites parfaitement équipées offrent une superbe vue sur la mer. Toutes très spacieuses, elles disposent d’un salon et pour certaines de grandes baignoires ou sauna avec chromathérapie. Le restaurant, à l’ambiance chaleureuse et conviviale, propose une brasserie luxe mais pas gastronomique, subtil mélange entre les produits régionaux et les saveurs venues d’ailleurs. Cinquante couverts à l’intérieur, et encore cinquante en terrasse d’où on peut contempler le spectacle d’un coucher de soleil des plus romantiques. A l’étage, se trouvent une salle de séminaires dédiée principalement aux entreprises. « Le tourisme d’affaires fonctionne très bien ici. Nous accueillons en moyenne un à deux séminaires chaque semaine. Nous avons par exemple déjà reçu Veolia, Vinci, ERDF, le CDT ou encore l’université. Avec cette vue sur l’embouchure, les professionnels sont immédiatement séduits », affirme Eric Joswiak, créateur du lieu en 2008. A cette vue, s’ajoutent un hammam, un sauna, un Jacuzzi (ce dernier avec vue sur la mer). L’hôtel de charme, non classé mais équivalent à un quatre-étoiles, propose même les vélos pour la découverte des environs, la station balnéaire du Bois-de-Cise où calme et beauté prédominent. Lillois de 42 ans, Eric Joswiak fut le secrétaire particulier d’un industriel aujourd’hui associé à l’aventure hôtelière. Pour la décoration, c’est l’épouse de l’hôtelier qui prodigua son style. Résultat, une ambiance différente pour chaque chambre : une à base de bois, une autre décorée d’objets en métal, une autre encore faite de miroirs. De quoi surprendre les visiteurs venus principalement du Nord, de Paris et de Reims. Les étrangers choisissent également cette adresse design, comme dernièrement des Canadiens et des Brésiliens.

Ecouter… le silence
« J’ai choisi de ne pas être classé mais d’intégrer le Relais du silence. C’est un vrai plus. Cette marque, fondée en 1968, propose une sélection d’adresses de charme et de caractère privilégiant la bonne table, l’authenticité, les valeurs humaines et la convivialité. Tout ce que nous cultivons, ici même, depuis le début », précise le chef d’entreprise qui envisage désormais d’ouvrir prochainement quelques chambres supplémentaires dans une villa du bois donnant en face du Cise. Il prévoit aussi la création d’une salle de soins cet été pour compléter l’offre du sauna. Une douzaine de salariés travaillent ici, principalement des personnes du cru. « Il faut admettre que la région est isolée. Alors, pour faire venir et rester des personnes d’ailleurs c’est plus difficile », confie-til. Ce qui n’empêche pas le Cise de faire le plein grâce à une très bonne gestion du référencement et de sa réputation sur Internet. En plus d’un site internet et d’une page Facebook, couplés à un site mobile plus évolutif, le Cise sait vivre avec son temps. « J’ajoute à cela environ 50 000 euros de budget pour la publicité chaque année », conclut Eric Joswiak dont le rêve aurait été d’être un chef professionnel. Il aurait pu le devenir à en croire les convives à la table ce jourlà, tous ravis des plats concoctés par le patron qui n’hésite pas, en effet, à mettre la main à la pâte.