Trois artisans de l’Oise sous les projecteurs

Trois entreprises artisanales de l’Oise ont été sélectionnées par le jury du prix Stars et Métiers qui récompensera en décembre huit lauréats au niveau national. Trois parcours exemplaires soutenus par la chambre départementale de métiers et de l’artisanat.

483
Zéphyrin Legendre, a félicité le 1er prix départemental Victor Debil-Caux, fondateur d’IEGC. Au second plan, le 2e prix, Brice Connesson.
Zéphyrin Legendre, a félicité le 1er prix départemental Victor Debil-Caux, fondateur d’IEGC. Au second plan, le 2e prix, Brice Connesson.

 

Zéphyrin Legendre, a félicité le 1er prix départemental Victor Debil-Caux, fondateur d’IEGC. Au second plan, le 2e prix, Brice Connesson.
Zéphyrin Legendre, a félicité le 1er prix départemental Victor Debil-Caux, fondateur d’IEGC. Au second plan, le 2e prix, Brice Connesson.

Organisé par la Banque populaire et les chambres de métiers et de l’artisanat, le prix Stars et Métiers récompense les chefs d’entreprises artisanales pour leur savoir-faire et leur réussite suivant quatre catégories. L’innovation technologique apprécie la mise en oeuvre de nouveaux produits ou procédés technologiques de fabrication. La stratégie globale d’innovation concerne l’innovation en tant que pilier de la stratégie de l’entreprise, en matière de nouvelles méthodes de commercialisation ou d’organisation dans les pratiques de l’entreprise. La dynamique en gestion des ressources humaines touche au développement des savoir-faire de l’entreprise et de leur transmission. La dynamique commerciale consacre les résultats économiques obtenus et les orientations de développement. C’est dans ces deux dernières catégories que trois entreprises de l’Oise ont été remarquées par le jury : la société beauvaisienne IEGC (Innovation en génie climatique) dans la catégorie dynamique de gestion des ressources humaines, qui obtient le 1er prix départemental de l’Oise, La Passion du chocolat de Chantilly et les Cafés Taine d’Estrées-Saint-Denis dans la catégorie dynamique commerciale, respectivement 2e et 3e prix départemental de l’Oise. Les trois entrepreneurs ont été chaudement félicités par Zéphyrin Legendre, président de la CMA du département.

30 ans et 32 salariés
Pour l’ingénieur Victor Debil-Caux, fondateur d’IEGC, la valeur n’attend pas le nombre des années… A tout juste 30 ans, il est en effet à la tête d’une entreprise de 32 collaborateurs qui prennent en charge des prestations complètes en chauffage toutes énergies, ventilation, climatisation pour les professionnels. Son point fort en matière de ressources humaines est la diversité : il a embauché des jeunes, redonné du travail à trois seniors, recruté du personnel handicapé et su donner leur chance à des personnes éloignées de l’emploi : plus d’un tiers de ses salariés sont issus de la zone urbaine sensible de Beauvais ! Pour lui, le bien-être des collaborateurs ne passe pas uniquement par une valorisation financière, mais aussi et surtout par une reconnaissance de la compétence de chacun. Gestion des emplois et des compétences, amélioration des conditions de travail, prévention des risques, formation continue, apprentissage : autant d’initiatives favorisant la motivation des salariés.

Chocolat et café
Pour Brice Connesson, le chocolat, c’est une vraie potion magique : quatrième génération d’une famille de boulangers-pâtissiers, il reprend en 2001 La Passion du chocolat à Chantilly. « Je m’éclate ! C’est un très beau métier, j’apprends de nouvelles choses tous les jours tant au contact de la matière qu’à celui des clients », s’enthousiasme celui qui investit autant dans ses équipes que dans du matériel de pointe pour valoriser son activité où rien n’est industrialisé. Une passion qu’il aime partager au travers de ses cours de pâtisserie et sur sa page Facebook… Quant à Samuel Taine, il a intégré l’entreprise créée par son père Jean-Pierre en 1991 à Estrées- Saint-Denis : torréfacteur et distributeur de café auprès des cafés, hôtels et restaurants, le jeune homme a élargi son activité vers les brasseurs et grossistes de boissons ou encore les sociétés de distribution automatique. Malgré de fortes fluctuations boursières des marchés du café, il a su innover, trouver des solutions pour se démarquer, poursuivre sa croissance et fidéliser son réseau commercial. Aujourd’hui, le jeune homme envisage d’investir dans la fabrication de capsules biodégradables et d’ouvrir un magasin d’usine pour proposer aux particuliers et professionnels un large choix de cafés du monde entier. Pas de doute, les artisans de l’Oise ont du talent !