L’Aunette Cottage n’a pas fini de s’étendre

Catherine et Christophe Madliger sont les propriétaires de L’Aunette Cottage. Cet hôtel de charme basé à Chamant (Oise) offre un cadre campagnard non dénué de modernité aux clients et touristes. Les deux hôteliers sont pourtant partis de loin, puisque les différents bâtiments étaient auparavant leur propre maison.

367
Le couple a beaucoup investi dans l’ambiance des lieux. Aujourd’hui, 70 % de la clientèle revient régulièrement dans l’hôtel.
Le couple a beaucoup investi dans l’ambiance des lieux. Aujourd’hui, 70 % de la clientèle revient régulièrement dans l’hôtel.
Le couple a beaucoup investi dans l’ambiance des lieux. Aujourd’hui, 70 % de la clientèle revient régulièrement dans l’hôtel.
Le couple a beaucoup investi dans l’ambiance des lieux. Aujourd’hui, 70 % de la clientèle revient régulièrement dans l’hôtel.

Tel que les hôtes le voient aujourd’hui, l’établissement s’inclut parfaitement dans l’univers du petit village isarien de Chamant. Murs blancs, entrée discrète et accueil chaleureux, les propriétaires de L’Aunette Cottage offrent un cadre campagnard aux touristes français ou étrangers venus passer une ou plusieurs nuits dans leur hôtel. Quatorze chambres plus ou moins grandes y sont proposées dans une ambiance loin d’être celle d’un hôtel situé à proximité d’une grande ville. Tout est dispersé sur plusieurs maisons, dont celle de leur voisin qu’ils ont rachetée il y a peu et dans laquelle ils ont pu installer, il y a un an exactement, quatre nouvelles suites, dont deux de luxe.
Leur parcours s’est fait tout à fait progressivement. « Nous avions acheté la maison pour nous, en 2005 », explique Catherine Madliger, propriétaire et gérante des lieux avec son mari Christophe. A l’époque, il s’agit de plusieurs bâtisses en très mauvais état. Vitres brisées un peu partout, jardin à l’abandon et intérieur à rénover entièrement, le couple s’attelle de suite à réaliser des travaux pour pouvoir y vivre. Ils possèdent l’expérience de plusieurs autres appartements qu’ils ont déjà remis à neuf. Ils terminent le chantier et investissent les lieux pour eux mais cela ne leur convient pas : les pièces sont séparées les unes des autres. Un projet de chambres d’hôtes se dessine. « Cela faisait longtemps que nous voulions le faire », poursuit-elle. Quatre à cinq chambres sont aménagées au cours d’une première étape. L’essai s’avérant concluant, le projet initial se transforme en hôtel.

D’autres chambres en projet
« Cela s’est fait étape par étape », souligne la propriétaire qui accueille aujourd’hui les clients à la recherche d’une ambiance campagnarde tout en bénéficiant de toutes les commodités du monde moderne : Internet, TV écran plat… Le tout dans des chambres aux atmosphères et couleurs différentes. Suite à l’investissement initial, ils ont poursuivi les rachats de terrain autour de leur ancienne maison. Outre les quatorze chambres réparties dans quatre bâtiments, il y a également une autre partie abritant la salle de restauration et la réception. A chaque fois, « mon mari a refait beaucoup de choses ». Ils se sont également servis d’objets de récupération et de meubles venant de leur famille pour aménager les chambres.
Aujourd’hui, leur projet n’est pas encore arrivé à son terme. Ils ont fait l’acquisition d’un terrain de quelques milliers de mètres carrés, situé juste à côté de leur immense terrain de près de 5 000 m². Avec cette acquisition, ils ont l’intention de construire de nouvelles chambres. « Nous allons faire tomber le mur, remblayer, puis agrandir la piscine. Normalement, c’est prévu », indique Catherine Madliger. Un architecte travaille déjà dessus. Reste désormais à convaincre les banques de suivre cette extension pour offrir à la clientèle habituée des lieux un peu de nouveauté.