Dorothée Ossart, une créatrice de mode et maintenant une marque

Dès le début d’année prochaine, Les Drôles d’Idées de Dorothée vont connaître un profond changement. La jeune styliste et créatrice de mode Dorothée Ossart a décidé de donner un nouveau souffle à son idée. Elle lance sa propre marque sous son nom Dorothée Ossart. Une idée que lui avait soufflée Jean-Charles de Castelbajac lors de ses études. Une quinzaine de modèles sera disponible pour la prochaine collection printemps-été 2013.

1283
Dorothée Ossart délaissera les tissus qu’elle achète pour présenter ses produits avec des tissus imprimés dès début 2013.
Dorothée Ossart délaissera les tissus qu’elle achète pour présenter ses produits avec des tissus imprimés dès début 2013.
Dorothée Ossart délaissera les tissus qu’elle achète pour présenter ses produits avec des tissus imprimés dès début 2013.
Dorothée Ossart délaissera les tissus qu’elle achète pour présenter ses produits avec des tissus imprimés dès début 2013.

Le changement est déjà prévu. Cela fait désormais un an que la jeune créatrice travaille sur ce projet avec son investisseur, Valentin Mahieux. Ce même changement ne sera pas dans la forme du vêtement. « J’ai toujours besoin d’un moteur. Je continue la robe trapèze », confie Dorothée Ossart, créatrice de mode et styliste. Cette robe plaît encore et est à la base de la création des Drôles d’Idées de Dorothée. La transformation vient de son propre nom. Désormais, Dorothée Ossart est aussi une marque de vêtement. « L’an prochain, ce nom sera l’essence même de la marque », assure-t-elle.
Au bout de six ans, elle souhaitait s’investir encore plus dans la création en élargissant son projet. Avec les nombreuses commandes liées à son site internet, la styliste n’a plus beaucoup de temps pour coudre ses robes. Elle emploie depuis quelques mois une couturière, ce qui lui permet d’avoir plus de temps pour finaliser son projet et son nouveau catalogue. Elle y montre la quinzaine de modèles déclinables qu’elle a créés. Un autre changement vient s’inscrire dans ces modèles. « Avant, nous ne travaillions qu’avec des tissus que nous achetions. Là, nous créons nos propres tissus imprimés », indique-t-elle. Les tissus colorés sont réalisés en Alsace et les noirs seront imprimés en Italie. Impossible de tout produire en France. Cette nouveauté lui permettra de ne plus être tributaire des tissus, mais de laisser libre cours à sa volonté créatrice. Le catalogue réalisé pour cette prochaine collection printemps-été 2013 a déjà été envoyé à plus de 350 boutiques en France. Des magasins multimarques à Brest, en région parisienne, à Bordeaux et même à Laon ont déjà répondu présent et ont déjà passé commandes.

Un site internet modifié
Cela ne change en rien le site internet. Le nom va bien sûr s’en trouver modifié, mais le caractère restera le même. « Ma clientèle, c’est le monde entier. Il y a certaines de mes robes sur tous les continents », assuret- elle. Le site représentant la plus grosse part de ses ventes, qu’elle complète avec des ventes privées sur Internet et les salons auxquels elle participe, elle poursuit son aventure sur ce mode. Lorsqu’elle a débuté, le site était une vitrine de ses compétences. Aujourd’hui, elle va devoir développer de concert l’entrée dans les boutiques et aussi le côté e-commerce. Photos plus grandes, interactivité développée, informations plus détaillées, vidéos et photos permettront aux clients de se faire une meilleure idée de la marque Dorothée Ossart.
Et pour la jeune styliste, il est hors de question de se délocaliser sur Paris. « Cela m’inspire d’être ici », lance cette Vervinoise pur sucre. Cet éloignement avec la capitale et son rythme effréné lui permet de garder son dynamisme et sa liberté. Elle s’est tout de même lancé un très gros pari qu’elle va devoir conclure en l’espace de quelques mois. Au mois de septembre, les commandes seront clôturées et la fabrication débutera. La livraison se fera début 2013. « Il faut que je me mette au pli de la mode », avoue celle qui est bien loin de la suivre. Il lui faudra surmonter cette difficulté pour faire passer son projet dans une autre dimension.