Un nouveau centre de recherche pourPlastic omnium dans le Compiégnois

Le groupe Plastic omnium l’a annoncé il y a peu. D’ici l’été 2014, un nouveau centre de recherche et développement sera construit près du site actuel de Venette. L’investissement de 50 millions d’euros doit permettre d’asseoir la place de numéro un au monde du groupe dans le domaine des systèmes à carburant. Deux ans après sa construction, il emploierait 500 personnes au total.

592
Le site actuel Inergy Automotive System compte 280 salariés qui seront intégrés au nouveau centre de recherche.
Le site actuel Inergy Automotive System compte 280 salariés qui seront intégrés au nouveau centre de recherche.

 

Le site actuel Inergy Automotive System compte 280 salariés qui seront intégrés au nouveau centre de recherche.
Le site actuel Inergy Automotive System compte 280 salariés qui seront intégrés au nouveau centre de recherche.

Plus qu’un renfort, Plastic omnium a décidé de lancer un très lourd investissement dans le Compiégnois et sur Venette plus exactement. Le numéro un mondial des systèmes à carburant installera à partir de l’été 2014 un centre de recherche et développement. L’industriel a choisi cet emplacement en raison de la proximité avec l’aéroport Roissy – Charles-de-Gaulle. Cette nouvelle installation permettra aussi de réduire les coûts et de se rapprocher des clients mondiaux du groupe. Il rassemblera en un seul lieu trois centres de recherche, celui de Compiègne, celui de Laval et un autre basé à Bruxelles. L’équipementier automobile s’appuie clairement sur cet effort dans le domaine de la recherche et du développement pour gagner de nouveaux marchés.

Rester compétitif
Cette stratégie s’illustre, par exemple, par la prise de contrôle en 2010 d’Inergy Automotive System, intégré désormais totalement à Plastic omnium. Autre exemple avec ce nouveau marché attribué par Audi en février. L’équipementier sera chargé de livrer au constructeur allemand des systèmes de réduction catalytique. Cette commande de 500 000 pièces par an permet de confirmer la notoriété ainsi que la bonne santé du groupe. De tels systèmes avaient déjà été vendus à General Motors et Chrysler. Ce n’est pas le tout puisque les systèmes à carburant comprennent également les injecteurs, les réservoirs mais aussi l’électronique qui contrôle ainsi les clapotis mis en place dans les véhicules hybrides. Ce nouveau centre sur Compiègne aura plusieurs axes de recherche, comme l’allégement des véhicules pour éviter de les rendre trop polluants ou la réduction d’émission de particules toxiques. Sur ce point, le groupe souhaite avant tout garder ses clients actuels, c’est-à-dire la majeure partie des constructeurs mondiaux, en restant le numéro un. Mais ce centre avec les idées qui en jailliront devrait asseoir la conquête de nouveaux marchés grâce à de nouveaux procédés ou de nouveaux produits. L’objectif environnemental rentrera en ligne de compte tout comme l’élément compétitif. Ces dernières années, le climat sur le marché automobile mondial a été des plus difficiles avec la crise. L’année 2012 n’est pas si mauvaise que cela avec 75 millions de voitures construites dans le monde. Le marché en expansion se situant en Asie, Plastic omnium restera au contact de celui-ci.