Magicien et sculpteur

Tombé dans la magie par hasard, Nicolas Tessier, alias Nikolas, s’est imposé en faisant preuve d’audace et de personnalité. Très impliqué en région parisienne, cet autodidacte veut désormais partir à l’abordage du département de l’Oise.

499
Nikolas a développé son propre univers artistique, à l’image de ses ballons sculptés faisant référence à la BD et au dessin animé.
Nikolas a développé son propre univers artistique, à l’image de ses ballons sculptés faisant référence à la BD et au dessin animé.

 

Nikolas a développé son propre univers artistique, à l’image de ses ballons sculptés faisant référence à la BD et au dessin animé.
Nikolas a développé son propre univers artistique, à l’image de ses ballons sculptés faisant référence à la BD et au dessin animé.

Des numéros de magie excentriques, un univers propre, un personnage coincé « entre l’irréel et le cartoon », dans la lignée du film hybride Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
Nicolas Tessier a trouvé son style, et un nom de scène – Nikolas – qui ne quitte plus cet autodidacte de la magie domicilié à Chantilly. La magie ? « Le fruit du hasard », reconnaît l’intéressé, qui a interrompu ses études de commerce international pour se consacrer à ce monde de l’illusion. Un magicien lui a un jour ouvert les yeux sur un univers inattendu. Il ne les a jamais refermés, faisant ses premières armes à l’Académie de magie à Paris. Nikolas le magicien a fait son trou en région parisienne. Plusieurs mois dans l’année, il enchaîne ses numéros dans l’enceinte de Disneyland Paris. Le reste du temps, il répond à des sollicitations extérieures, parfois à l’étranger.

Se renouveler
Ses prestations oscillent entre le close-up, terme qui désigne la magie de proximité, la sculpture de ballons, avec une prédilection pour la bande dessinée et le dessin animé, et des numéros de pickpocket toujours déstabilisants pour les victimes consentantes. Le close-up reste son activité phare, celle par laquelle tout a commencé. « Elle évolue sans cesse, je dois toujours inventer de nouveaux tours », confie ce manipulateur des esprits. Dans un secteur très concurrentiel, la remise en question est permanente. « Un magicien qui ne se renouvelle pas, c’est un magicien qui disparaît », tranche Nikolas. Une réalité crue dans un monde bien rée- Toujours en quête de tours innovants pour épater et faire rêver son public, l’artiste a d’autres projets en tête. Sa priorité est de développer son activité dans le département de l’Oise, où il se produit trop peu à son goût, en dépit « d’un potentiel intéressant ». Pour se faire connaître davantage, l’intermittent du spectacle a décidé de varier les moyens de communication. Il a également commencé à sillonner le département avec son véhicule floqué, en quête de nouveaux clients, en ciblant notamment les communes.
Avec des spectacles livrés clé en main, et modulables en fonction des demandes, le magicien de l’Oise pourrait intéresser une large clientèle, allant des associations aux entreprises, en passant par les collectivités et les particuliers. Toute la difficulté sera, selon lui, de faire entrer cet as de la prestidigitation dans les moeurs.
Nikolas espère réussir ce tour de force, en tirant cette fois des ficelles bien réelles. « Je veux juste montrer que la magie est à la portée de tous », conclut-il.