Les jeunes en Picardie : quels parcours de vie professionnelle et familiale ?

Les résultats de l’étude sur les jeunes en Picardie réalisée par l’Insee ont été dévoilés ce 2 juillet au conseil régional de Picardie. Cette étude révèle que les jeunes Picards semblent franchir les étapes d’entrée dans la vie adulte en décalage par rapport aux autres Français.

830
Peut-être aurez-vous le plaisir de glisser cet été sur des toboggans Dallet.
Peut-être aurez-vous le plaisir de glisser cet été sur des toboggans Dallet.
Peut-être aurez-vous le plaisir de glisser cet été sur des toboggans Dallet.
Peut-être aurez-vous le plaisir de glisser cet été sur des toboggans Dallet.

L’étude sur les jeunes en Picardie réalisée par l’Insee et concentrée sur les 16-29 ans, donne désormais des données chiffrées sur leurs parcours de vie professionnel et familial : dans la fin des études, entrée dans le monde du travail, départ du domicile familial, création de leur propre foyer… Les jeunes Picards semblent franchir ses étapes en léger décalage par rapport à la moyenne française.

Un arrêt précoce des études et un accès retardé à l’emploi
Premier constat : les jeunes Picards effectuent des études plus courtes. Entre 18 et 24 ans, ils ne sont que 34 % à poursuivre des études supérieures contre 42 % à l’échelle nationale. En moyenne, à 19 ans et 3 mois, la moitié ne fait plus d’études, soit neuf mois plus tôt que le reste des jeunes Français. On remarque par extension un retard de formation, avec 26 % de jeunes sortis du système scolaire sans diplôme, notamment chez les 16-24 ans (30 000 dans la région), provoquant un taux de chômage important pour cette catégorie (27 % contre 22 % en France). Le sud de l’Oise se place néanmoins sur ce plan dans la moyenne française par sa proximité avec la région parisienne. L’arrêt prématuré des études provoque un accès retardé à l’emploi. En effet, il faut en Picardie compter deux ans entre le moment où les jeunes se tournent vers le marché du travail et le moment où ils trouvent un emploi, soit sept mois de plus que les jeunes Français. Il faut ensuite trois ans en moyenne, avec des parcours hétérogènes, entre le premier emploi et l’obtention d’un emploi stable, une période marquée par une forte mobilité interentreprises, géographique et intersecteurs pour les Picards.

Un départ du domicile familial tardif
Ceux-ci quittent également plus tardivement le nid familial : 41 % des 15-29 ans en Picardie habitent encore chez leurs parents contre 37 % en France. Le départ du foyer familial n’intervient qu’une fois les études achevées. La moitié des jeunes Picards ont ainsi quitté le domicile familial à 21 ans et 10 mois. L’accès à l’emploi est déterminant : 68 % des jeunes ayant quitté le domicile familial ont un emploi, contre 52 % qui sont au chômage. La stabilité de l’emploi joue également un rôle : 75 % des jeunes en CDI ont quitté leurs parents, contre 47 % des jeunes en emploi précaire.

La construction d’un foyer plus précoce que partout en France
Autre constat : les jeunes Picards fondent plus tôt un foyer. Ils ont 24 ans et 4 mois en moyenne lors de leur installation en couple, contre 25 ans et 4 mois pour le reste des jeunes en France, et ont un ou des enfants à 28 ans et 7 mois contre 30 ans en France. Autre constatation, 2 ans et 7 mois séparent en moyenne le départ du domicile familial et celui de la création d’une famille chez les jeunes de Picardie, contre plus de 4 ans dans le reste de la France. Ainsi, parmi les 18-29 ans, 21 % ont déjà des enfants contre 16 % des jeunes Français. Cette précocité peut s’expliquer, selon l’étude, par la durée plus courte des études et la présence plus importante d’ouvriers qui fondent leurs foyers plus jeunes et ont d’avantage d’enfants que les autres catégories professionnelles.