Le futur complexe aquatique du Soissonnais : le choix est fait !

La communauté d’agglomération du Soissonnais a décidé de lancer officiellement un nouvel investissement : un complexe aquatique à Mercinet- Vaux, à la limite de la ville et d’un quartier peuplé (Presles-Maupas), au bord de l’étang du Ver-de-Vase.

456
Une des vues du complexe.
Une des vues du complexe.

 

Une des vues du complexe.
Une des vues du complexe.

L’aspect du projet retenu est d’autant plus séduisant que c’est la moins chère des quatre propositions qui a été retenue à l’unanimité par un jury composé de spécialistes et d’élus. Y participaient notamment un acousticien et un représentant de la fédération nationale de natation. Initialement, l’agglomération devait acquérir une emprise de 32 hectares. Suite à concertation, une nouvelle délibération a décidé de limiter l’emprise à 10 hectares pour diminuer l’impact sur l’exploitation agricole et sur l’activité de la société voisine No Limit Quad. Les 10 ha comprennent 5,5 ha d’étang ! Le fait de la présence d’un seul propriétaire devrait faciliter les opérations. La construction comptera 6 000 m² sur deux niveaux et n’excédera pas 10 m de haut : elle ne dépassera pas les plus hauts arbres. Le complexe est conçu pour accueillir jusqu’à 1 100 baigneurs simultanés. L’architecte retenu est le cabinet BVL à Paris.
Le bâtiment abritera un bassin de 25 m x 25 m, de profondeur comprise entre 1,80 et 2,80 m, un secteur ludique (bassin d’apprentissage et de détente, pataugeoire, pentagliss), un espace bienêtre (hammams, saunas, bains bouillonnants). L’ensemble sera situé en bordure immédiate de l’étang, assurant une vue imprenable sur un cadre naturel. Le complexe coûtera, tout compris (bâtiment, équipements, voirie et parking, honoraires divers), 19 M€. Le deuxième semestre 2012 et l’année 2013 seront consacrés aux préparatifs (acquisitions foncières, permis de construire, appels d’offres…) et les travaux devraient pouvoir démarrer en 2014. L’accès s’effectuera par une voie nouvelle partant de l’avenue de Compiègne, à côté du commerce La Seigneurie.

Haute qualité environnementale
Le projet vise le niveau très performant pour plusieurs critères prioritaires : gestion de l’énergie , gestion de l’eau, confort hygrothermique, confort acoustique et qualité de l’eau. On relèvera notamment plusieurs points. Le préchauffage de l’eau chaude sanitaire se fera via des capteurs thermiques solaires placés en toiture et orientés sud (surface de 140 m², pouvant être redimensionnée dans les phases ultérieures). La récupération d’énergie sur les eaux grises (douches, pédiluves et sanitaires). Une cuve de récupération des eaux pluviales servira à l’alimentation des sanitaires et à l’arrosage extérieur. Le traitement paysager des espaces extérieurs permettra de limiter le degré d’imperméabilisation de la parcelle (prairies fleuries et massifs arbustifs). Les toitures végétalisées extensives à rétention d’eau (1 000 m² qui pourront servir de \ »tampon\ » en période de fortes pluies). Les équipements hydroéconomes : aérateur de jet et temporisation au niveau des robinets (réduction du débit à 6 l/ min) ; pour les douches, des robinets de type mitigeurs thermostatiques installés en amont, pommes de douches à aérateurs de jet, bouton poussoir temporisé, débit limité à 7,5 l/ min ; chasses d’eau double débit 3/ 6l ; urinoirs à boutons temporisés ; réducteur de pression 3 bars. Les économies seront calculées à partir d’un scénario de référence (40 % d’économie). Cet investissement constituera la deuxième réalisation d’importance de la mandature après la Cité de la musique et de la danse, en cours de construction pour un budget comparable. L’attractivité de l’agglomération est liée à ce type de réalisation, fort attendue par la population.