La coach Laurence Petit-Dessaint lance ses ateliers

Depuis son arrivée à Amiens le L@ b au printemps dernier, la première plate-forme de coaching en ligne lancée par Laurence Petit-Dessaint continue d’innover en proposant l’Atelier de Laurence.

586
Le prochain atelier de Laurence aura lieu le mardi 11 septembredès 9 h sur l’art de la persuasion.
Le prochain atelier de Laurence aura lieu le mardi 11 septembredès 9 h sur l’art de la persuasion.

 

Le prochain atelier de Laurence aura lieu le mardi 11 septembredès 9 h sur l’art de la persuasion.
Le prochain atelier de Laurence aura lieu le mardi 11 septembredès 9 h sur l’art de la persuasion.

L’Atelier de Laurence a lieu chaque mois, environ une heure trente pour traiter d’une thématique autour du développement humain. Les premières séances avaient pour thème « La réussite à portée de tous » et « La pensée positive ». Il est en effet démontré qu’envisager le bon côté des choses avec réalisme et pragmatisme est un puissant moteur de développement. Un élément qui fait la différence dans les entreprises. « Cette approche est malheureusement impactée d’a priori. En ces temps de crise, tordons le cou aux représentations négatives et paralysantes et allons à contre-courant en nous appuyant sur la pensée positive. Celle-ci ne se décrète pas, elle se construit à partir d’une boîte à outils simples et concrets », annonçait Laurence Petit-Dessaint à son auditoire très attentif en vue d’améliorer les conditions d’une réussite durable. Partant du sondage très médiatisé selon lequel les Français feraient partie des peuples les plus pessimistes avec le Pakistan et l’Afghanistan, la coach amiénoise fait mouche. Le Niger et le Viêtnam étant les pays les plus optimistes selon cette étude. Un autre baromètre officiel prétend que 23 % des directeurs de PME sont optimistes sur la situation économique et 50 % le sont par rapport à leur activité. « Le mot « optimisme » vient du latin « optimum » qui signifie faire des choix. Être optimiste c’est différent d’être aveugle, utopiste ou de se faire des illusions. C’est prendre en compte la réalité pour faire face à cette réalité », précise Laurence Petit-Dessaint qui dévoilera ensuite plusieurs outils pour penser positif.

Quelques outils de choix
La permanence est une notion importante qu’il faut éviter dans la vie au quotidien si l’on veut pouvoir agir. « Par exemple, dire « je suis toujours malade » : rien de tel pour l’être en effet. Il faut savoir décrypter ces petits mots qui vont induire en chacun de nous une façon négative d’appréhender les choses », démontre-t-elle. Autre notion : la généralisation. Par exemple dire « les patrons sont tous des profiteurs » ou « les jeunes sont tous des paresseux » introduit le jugement de valeur. « Si vous êtes managers, l’effet et l’impact sont néfastes rapidement. Il faut savoir situer sa place dans le système de vie pour grandir dans nos relations aux autres. Vous êtes en partie l’inverse de ce que vous pensez être », reprend-elle avant d’évoquer les principes d’estime de soi, de réalisation et d’affirmation ou encore de demander à son auditoire de lister une dizaine d’états ressources. Ce sont les petites choses qui nous font plaisir – une chanson, un bonbon au chocolat… – afin de les activer lorsque l’on est confronté à quelque chose qui nous fait vaciller. Puis il faut lister aussi dix personnes ressources qui ont un impact positif dans notre vie. « Enfin, rien n’est possible si l’on ne croit pas en soi. La gamberge rend sourd et impuissant. Faire face au regard des autres ne veut pas dire qu’il faut rejeter la critique. Pas de fausse modestie non plus. Reconnaître que ce que l’on a fait est bien et s’autoriser à le dire est une bonne chose. C’est bien ou mal. Pas mal ne veut rien dire. Il faut être dans le bon ton. Il n’y a pas de honte à être heureux, à avoir du plaisir. Si tu veux grandir il faut regarder ce qui est grand. L’optimisme, la joie de vivre c’est même contagieux. » Parmi les autres outils figure la pratique d’un exercice régulier de bonheur comme un repas avec des amis qui permet de faire travailler ses cinq sens et de garder des images positives. Il ne faut pas non plus oublier d’être utile au moins une fois par jour pour l’autre. Et pourquoi ne pas terminer sur cet adage de Kung Fu Panda que la coach citera pour clore son atelier : « Célébrer la réussite, analyser l’échec, condamner l’inaction. Prends des risques, le seul risque que tu prends c’est d’être heureux ! »