Du vert pour la Picardie

Michel Delpuech, préfet de la région Picardie, et Claude Gewerc, président du conseil régional, ont présenté, en préfecture, le SRCAE de la Picardie. Créé par la loi du 12 juillet 2010 portant sur l’engagement national pour l’environnement, ce dernier a été co-élaboré par les deux hommes. Cette journée fut également celle d’une signature importante avec le conservatoire d’espaces naturels de Picardie.

480
Par cette signature, la région et la préfecture s’engagent sur un chemin de dix ans pour la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement.
Par cette signature, la région et la préfecture s’engagent sur un chemin de dix ans pour la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement.

 

Par cette signature, la région et la préfecture s’engagent sur un chemin de dix ans pour la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement.
Par cette signature, la région et la préfecture s’engagent sur un chemin de dix ans pour la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement.

Le SRCAE (schéma régional climatair- énergie) est un document à portée stratégique. Il vise à définir, à moyen et à long terme, les objectifs régionaux en matière de lutte contre le changement climatique : efficacité énergétique, développement des énergies renouvelables et amélioration de la qualité de l’air. La région est la première à adopter un schéma de ce type. Pour Michel Delpuech, « cette signature marque une étape décisive dans la mise en oeuvre territoriale du Grenelle de l’environnement et concrétise un intense et dense travail de réflexion, engagé en Picardie dès novembre 2010 ». L’intégralité des documents constituant le schéma et les travaux d’études préparatoires sont d’ailleurs consultables sur les sites internet du conseil régional et de la préfecture de région. De plus, une synthèse résumant le SRCAE et le schéma éolien va être imprimée en 7 000 exemplaires et envoyée aux acteurs concernés.

Miser sur l’avenir
Pour résumer en quelques mots ce plan d’action, nous pouvons dire que la Picardie possède de véritables spécificités régionales en matière d’impact sur l’environnement, liées à la structuration de son économie, à la fois industrielle et agricole, mais aussi à son habitat, dispersé, ancien et peu urbain. L’état et la région ont donc choisi d’adopter et d’appliquer une politique volontariste, en rupture avec celles menées jusqu’à présent. Elle impose l’activation de l’ensemble des leviers disponibles en Picardie – maintien des puits de carbone, efficacité énergétique, développement des énergies renouvelables –, au travers notamment de quatre secteurs clés que sont le bâtiment, l’agriculture, l’industrie et les transports.
Tous les acteurs territoriaux disposeront d’orientations volontairement ouvertes afin de se mobiliser de manière efficace. Un suivi de l’avancement des mesures mises en place par le SRCAE sera assuré de façon à évaluer ses impacts et de procéder aux ajustements nécessaires pour atteindre les objectifs fixés, à savoir respecter les engagements français, européens et internationaux et réduire les gaz à effet de serre de 20 % d’ici 2020 et de 75 % d’ici 2050. « La réussite est à notre portée. En s’appuyant sur les réalisations exemplaire des uns, sur l’inventivité des autres, sur les efforts de recherche largement soutenus en Picardie, sur les propositions de nos concitoyens, je suis certain que nous pouvons relever les défis qui sont devant nous », a conclu Claude Gewerc. Premier conservatoire d’espaces naturels agréé en France, celui de Picardie a vu, à la suite de la présentation du SRCAE, vingttrois ans d’actions en faveur de la préservation de patrimoine naturel régional récompensés. En effet, le premier agrément Etat/ région d’un conservatoire d’espaces naturels a été signé par Michel Delpuech et Claude Gewerc en présence de Christophe Lépine, président du conservatoire d’espaces naturels, et de Pascal Vautier, président de la fédération des conservatoires d’espaces naturels. Acteurs majeurs de la préservation du patrimoine naturel et paysager, les conservatoires d’espaces naturels voient leur rôle reconnu par la loi Grenelle 2 qui prévoit que l’Etat et la région peuvent agréer les conservatoires pour dix ans renouvelables. « C’est une fierté de voir celui de Picardie être un exemple en France. Cette association contribue grandement à la valorisation et à la préservation de la nature dans notre région », a souligné Claude Gewerc. « La préservation du patrimoine naturel est une mission qui nous concerne tous », a conclu Michel Delpuech.