Zywak continue de séduire avec ses vidéos

Publié dans le numéro 3658 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Ludovic Gallet, mordu de vidéo, a créé Zywak en 1999.

L’entreprise spécialisée dans la réalisation de films pour entreprises et collectivités vient de fêter ses 18 ans. Ludovic Gallet, son créateur, ne cesse d’innover pour fidéliser sa clientèle et tenter d’en séduire une nouvelle. 

C’est dans les locaux de l’espace Lamartine à Amiens que Ludovic Gallet et son employée Iris Benoît, monteusetruquiste, sont installés. Leur bureau du premier étage est une véritable caverne d’Ali-Baba. De nombreux écrans, du plus petit au plus grand, DVD et matériel vidéo s’entassent ici. Pas de doute, tous deux sont des passionnés. « La vidéo est devenu un média incontournable », sourit Ludovic Gallet, fondateur de Zywak. L’entreprise, qui a vu le jour en 1999, est spécialisée dans la production audiovisuelle. Elle réalise des films promotionnels, des spots publicitaires et des reportages pour les entreprises et collectivités. « Nous travaillons pour une clientèle très diversifiée, de Ajinomoto à Decayeux, en passant par la SIP. C’est ce qui me plaît dans ce métier. On découvre des choses tous les jours et on apprend de chaque client. Ma caméra m’ouvre beaucoup de portes », s’enthousiasme le gérant.

Aller de l’avant

Après 18 ans d’existence, l’entreprise continue d’innover. « Dans ce secteur, tout va très vite. Les évolutions sont rapides et pour rester à la pointe, il faut savoir se documenter, se remettre en question, aller de l’avant en permanence », poursuit le chef d’entreprise qui écume de nombreux salons en France et à l’étranger, en quête des dernières technologies. En plus de la 3D, Ludovic Gallet propose désormais des films en motion design (ndlr : animation graphique) à ses clients : « Nous travaillons actuellement avec Trinoval, centre de tri, sur des petits films destinés à sensibiliser sur la gestion des déchets ». L’association Initiative Somme a également fait appel à Zywak pour illustrer en vidéo le fonctionnement de sa plate-forme de financement participatif Tellement-prêt. « Parfois je me dis que je contribue à ma manière à l’économie régionale, c’est assez gratifiant », souligne Ludovic Gallet qui propose également depuis peu des images aériennes par drones. « C’est assez en vogue en ce moment. Mais je préfère sous-traiter pour cette partie car la réglementation est assez stricte », précise-t-il.

Des coûts réduits

Les entreprises et collectivités sont de plus en plus nombreuses à opter pour des supports vidéo. « Mais ça n’a pas toujours été le cas, se souvient Ludovic Gallet. Quand j’ai démarré mon activité, on me prenait presque pour un extraterrestre. Aujourd’hui, grâce aux smartphones, la vidéo s’est beaucoup démocratisée ». Tellement démocratisée que son coût, l’un des principaux freins il y a encore quelques années, a tendance lui aussi à diminuer. Si bien qu’aujourd’hui, les entreprises ne jurent que par elle. « La vidéo permet de résumer beaucoup de choses en peu de temps et surtout, de manière très ludique, c’est aussi pour ça qu’elle séduit », résume Ludovic Gallet.