Team Hordé cherche mécènes… - Picardie la Gazette

Team Hordé cherche mécènes…

Publié dans le numéro 3671 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Anthony Hordé (au premier plan) durant les Jeux équestres mondiaux de 2014. D

Passionné de chevaux depuis sa plus tendre enfance, Anthony Hordé est aujourd’hui meneur d’attelage à quatre chevaux et membre, depuis 2012, de l’équipe de France. Ses objectifs pour cette année : se placer dans le top 5 par équipe du championnat d’Europe qui se déroule fin août à Göteborg (Suède) et élargir le cercle de ses mécènes.

La Fédération française d’équitation est la troisième fédération sportive du pays, avec 646 000 licenciés. La France est la troisième nation européenne en nombre de chevaux, c’est un excellent vecteur, qui demeure encore accessible », explique Anthony Hordé qui partage sa passion avec son épouse Carole, qui le seconde dans la préparation de ses sept chevaux. Et c’est de sa ferme de Domart-sur-laLuce – Anthony Hordé est agriculteur céréalier – qu’il s’entraîne, quand il n’est pas en stage à la FFE. Discipline exigeante, l’attelage à quatre chevaux sollicite la souplesse des animaux, et l’habileté du meneur à gérer leur puissance, par le biais de trois épreuves (le dressage, le marathon et la maniabilité) réparties sur trois jours. « C’est avant tout une grande famille, souligne Anthony Hordé, qui emmène femme et enfants sur chaque championnat, en France ou à l’étranger. Les membres de mon équipe sont tous bénévoles, et il règne la même ambiance d’entraide entre les meneurs. L’attelage est un sport physique, parfois dangereux et qui nécessite beaucoup de rigueur et travail, ceci explique peut-être cela, sourit le sportif. Et il n’y a pas d’enjeux financiers comme dans d’autres disciplines… »

Convaincre les entreprises

La saison des gros concours débutant, c’est aussi l’occasion pour le meneur picard de faire un appel aux sponsors. « Pour le moment, nous avons deux mécènes, ce qui permet d’alléger le budget de fonctionnement d’une saison assez conséquent », note Anthony Hordé. L’agriculteur céréalier qui a choisi d’optimiser sa ferme avec l’achat de machines pour se consacrer plus facilement à son autre activité, peut notamment compter sur le soutien de Bully grains (spécialisée dans la production de grains et fourrages à Airaines) dirigée par François Vincent, qui suit la Team Hordé depuis plus de cinq ans. « J’assistais à un concours international d’attelage à Conty, se souvient le chef d’entreprise lui aussi passionné de chevaux. J’y ai rencontré un sponsor d’Anthony Hordé qui m’a présenté ce dernier. Si les retombées économiques du mécénat font partie de la donne, c’est aussi une histoire de relationnel, de passion commune. Nous fournissons les aliments pour les chevaux d’Anthony Hordé et avons œuvré auprès de Sanders auquel appartient le groupe Spillers spécialisé dans l’alimentation du cheval pour qu’il soutienne la Team Hordé via la fourniture de gilets, brassards…» Pour attirer les potentiels sponsors, Anthony Hordé mise sur la tenue l’an prochain des Jeux équestres mondiaux qui se dérouleront aux États-Unis en Floride.

« La discipline de l’attelage se professionnalise un peu plus chaque jour, il faut profiter de cet élan pour convaincre les entreprises de nous soutenir, ce qui permettrait d’alléger nos dépenses et de communiquer davantage. En contrepartie, les mécènes pourront entre autres nous accompagner sur les concours, pour le vivre de l’intérieur, leur entreprise sera citée sur nos supports de communication, en France mais aussi à l’étranger », poursuit-il. Anthony Hordé et son épouse ont logiquement décidé d’organiser une journée portes ouvertes en juin pour faire découvrir aux visiteurs leur discipline.