Post avec des commentaires ‘groupe Ternel’

Les secteurs d’activités privilégiés sont l’artisanat 46%, le commerce 35%, les professions libérales 15% et l’agriculture à 4%. Pour le début 2017, déjà 40 entreprises ont vu le jour, 50% des créateurs ont choisi le statut d’auto-entrepreneur ou d’entreprise individuelle. L’autre moitié ont opté pour des sociétés plus traditionnelle : SAS, SA, SARL. « Sur ce territoire, il y eu des efforts de fait de la part de la communauté d’agglomération,se félicite Sébastien Dottin, directeur général de BGE Picardie, qui accompagne les entrepreneurs. Faire venir des entreprises de 100 ou 200 salariés, c’est illusoire. En créant, les gens ont moins de contraintes. Beaucoup de jeunes se lancent. Ils n’ont pas le frein d’un loyer, d’une famille… Ils veulent gagner leur vie et avoir un mode de vie qui les inté- resse. » « On ne parle pas assez des TPE pourtant implantées dans les territoires, assure Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie. Elles créent de la valeur, de la richesse, de l’emploi. Les mettre à l’honneur, c’est une reconnaissance. À Abbeville 44 % des créateurs sont des femmes. C’est un fait à signaler car le chiffre est de 32% au niveau national. » Pour Nicolas Dumont, maire d’Abbeville et président de la communauté d’agglomération de la baie de Somme, il est « important de vivre son rêve, y compris celui de la création d’entreprises. Les TPE ont un rôle fondamental en termes d’emploi, de richesse et de cohé- sion sociale. Il faut aider à créer et à se pérenniser aussi. » David Garnier, 31 ans, d’Ault, a monté un studio d’enregistrement mobile après de belles études en musique : « Nous n’avons plus peur de l’instabilité, confie t-il. On se dit que ce que l’on cherche n’existe pas. Alors, on le crée et nous sommes déterminés. » À Boismont, Pascal Gilliers, 50 ans, a fondé, en début d’année Aménage Home, une entreprise qui conçoit et installe des cuisines, des dressings et des salles de bains. Il a aménagé un showroom dans un camion. Il se rend notamment les dimanches sur les marchés de SaintValery et de Cayeux-sur- Mer pour se faire connaitre. Pascal Gilliers réalise également des chantiers sur Amiens ou Dieppe : « Je suis ébéniste de métier, confie t-il. J’ai travaillé 28 ans dans la cuisine, je travaille beaucoup grâce au bouche à oreille. En quatre mois, j’ai atteint de prévisionnel de l’année, je suis heureux car je fais ce que je veux et l’administratif n’est pas trop lourd. »

Les secteurs d’activités privilégiés sont l’artisanat 46%, le commerce 35%, les professions libérales 15% et l’agriculture à 4%. Pour le début 2017, déjà 40 entreprises ont vu le jour, 50% des créateurs ont choisi le statut d’auto-entrepreneur ou d’entreprise individuelle. L’autre moitié ont opté pour des sociétés plus traditionnelle : SAS, SA, SARL. « Sur ce territoire, il y eu des efforts de fait de la part de la communauté d’agglomération,se félicite Sébastien Dottin, directeur général de BGE Picardie, qui accompagne les entrepreneurs. Faire venir des entreprises de 100 ou 200 salariés, c’est illusoire. En créant, les gens ont moins de contraintes. Beaucoup de jeunes se lancent. Ils n’ont pas le frein d’un loyer, d’une famille… Ils veulent gagner leur vie et avoir un mode de vie qui les inté- resse. » « On ne parle pas assez des TPE pourtant implantées dans les territoires, assure Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie. Elles créent de la valeur, de la richesse, de l’emploi. Les mettre à l’honneur, c’est une reconnaissance. À Abbeville 44 % des créateurs sont des femmes. C’est un fait à signaler car le chiffre est de 32% au niveau national. » Pour Nicolas Dumont, maire d’Abbeville et président de la communauté d’agglomération de la baie de Somme, il est « important de vivre son rêve, y compris celui de la création d’entreprises. Les TPE ont un rôle fondamental en termes d’emploi, de richesse et de cohé- sion sociale. Il faut aider à créer et à se pérenniser aussi. » David Garnier, 31 ans, d’Ault, a monté un studio d’enregistrement mobile après de belles études en musique : « Nous n’avons plus peur de l’instabilité, confie t-il. On se dit que ce que l’on cherche n’existe pas. Alors, on le crée et nous sommes déterminés. » À Boismont, Pascal Gilliers, 50 ans, a fondé, en début d’année Aménage Home, une entreprise qui conçoit et installe des cuisines, des dressings et des salles de bains. Il a aménagé un showroom dans un camion. Il se rend notamment les dimanches sur les marchés de SaintValery et de Cayeux-sur- Mer pour se faire connaitre. Pascal Gilliers réalise également des chantiers sur Amiens ou Dieppe : « Je suis ébéniste de métier, confie t-il. J’ai travaillé 28 ans dans la cuisine, je travaille beaucoup grâce au bouche à oreille. En quatre mois, j’ai atteint de prévisionnel de l’année, je suis heureux car je fais ce que je veux et l’administratif n’est pas trop lourd. »

Le groupe Ternel couverture a été fondé à Albert, en 1983, par ÉricTernel, artisan couvreur. Son fils Adrien, qui a baigné durant toute son enfance dans cette activité, a rejoint l’entreprise en 2003, franchissant les étapes jusqu’à prendre la direction de l’entreprise en 2014. Il a diversifié l’activité et s’est lancé, il y a un

Commenté avec :