Surendettement : recul de 11,03% des dossiers déposés en Hauts-de-France

Publié dans le numéro 3672 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La part des crédits a la consommation dans l'endettement global a recule a 43,6% en 2016, contre 47% en 2015. ©

À la liste déjà longue des indicateurs qui plombent l’image des Hauts-de-France, le nombre de dossiers de surendettement, supérieur de 47% par rapport à la moyenne nationale : 544 dossiers pour 100 000 habitants (record national) contre 370 en France. Mais, bonne nouvelle, le nombre de dépôts annuels a poursuivi en 2016 sa décrue à -11,03% sur 2015, après -7,86% en 2015 sur 2014, quand la France affichait respectivement -10,63% et -5,92%. Au global, ce sont 26 174 dossiers qui ont été déposés pour 31 128 personnes surendettées et un endettement moyen de 37 056€.

Par département, l’Aisne affiche 605 dossiers pour 100 000 habitants, devant le Pas-de-Calais (568), le Nord (567), la Somme (484) et l’Oise (431). Un classement qui se modifie à regarder le nombre de dossiers déposés : 11 805 dans le Nord, 6 664 pour le Pas-de-Calais, 2 816 dans l’Oise, 2 629 dans l’Aisne et 2 260 dans la Somme. Ou encore l’endettement moyen des surendettés : 53 979 euros dans l’Oise, 44 951 euros dans l’Aisne, 39 674 euros dans la Somme, 33 457 euros dans le Nord et 32 468 euros dans le Pas-de-Calais.

La part des crédits à la consommation dans l’endettement global a reculé à 43,6% en 2016, contre 47% en 2015, et 79,5% des dossiers recevables comportaient au moins un crédit à la consommation ; 20,5% n’en comportaient aucun, ils étaient 17,4% en 2015. L’endettement moyen à ce titre s’établissait à 20 329 euros, en baisse de 1,8% par rapport à 2015. En baisse régulière depuis 2014, le nombre moyen des crédits à la consommation est passé de 4,5 à 4,2. Les crédits renouvelables sont présents dans 70,7% des dossiers et représentent 25% de l’endettement global. Leur poids relatif a baissé de 5 points en deux ans.

Stéphane Latouche, directeur régional Hauts-de-France de la Banque de France.

Hausse de l’endettement immobilier

L’augmentation de la part des dossiers comportant un endettement immobilier, qu’il soit consécutif à l’acquisition d’un bien ou à la réalisation de travaux, se poursuit : 10,4% en 2014, 11,2% en 2015, pour atteindre 12,5% en 2016. L’endettement moyen est ici de 100 665 euros et l’encours moyen global affiche une augmentation de 674 euros à 37 056 euros.

Hors dettes liées à des crédits immobiliers, l’endettement moyen par dossier de surendettement s’établit à 24 575 euros contre 25 219 euros en 2015. Des dettes d’énergie et de communication sont présentes dans 58% des dossiers pour un montant de 1 598 euros en moyenne, des dettes fiscales, dans 42% des dossiers pour 2 039 euros en moyenne, et des dettes de logement, dans 46% des dossiers pour 3 709 euros en moyenne.

Le dispositif régional

Pour accompagner les 18 469 familles du Nord et du Pas-de-Calais dans leurs problématiques de surendettement, la Banque de France dispose de trois commissions de surendettement installées à Lille (6 564 dossiers), Valenciennes (5 241) et Arras (6 664).

Les particuliers ont la possibilité d’être reçus dans sept unités permanentes (Lille, Valenciennes, Dunkerque, Arras, Lens, Maubeuge et Boulogne-sur-Mer) et dans six bureaux d’accueil et d’information (BAI) non permanents (Armentières, Douai, Cambrai, Béthune, Saint-Omer et Calais).

Ce sont 74 361 personnes qui ont été reçues l’an dernier aux guichets de la Banque de France, dont 4 304 demandes de droit au compte bancaire, 32 161 interrogations Infobanque et 14 187 visites dans les BAI. Par ailleurs, 942 travailleurs sociaux ont été formés aux problématiques d’éducation économique, budgétaire et financière.