Les secteurs d’activités privilégiés sont l’artisanat 46%, le commerce 35%, les professions libérales 15% et l’agriculture à 4%. Pour le début 2017, déjà 40 entreprises ont vu le jour, 50% des créateurs ont choisi le statut d’auto-entrepreneur ou d’entreprise individuelle. L’autre moitié ont opté pour des sociétés plus traditionnelle : SAS, SA, SARL. « Sur ce territoire, il y eu des efforts de fait de la part de la communauté d’agglomération,se félicite Sébastien Dottin, directeur général de BGE Picardie, qui accompagne les entrepreneurs. Faire venir des entreprises de 100 ou 200 salariés, c’est illusoire. En créant, les gens ont moins de contraintes. Beaucoup de jeunes se lancent. Ils n’ont pas le frein d’un loyer, d’une famille… Ils veulent gagner leur vie et avoir un mode de vie qui les inté- resse. » « On ne parle pas assez des TPE pourtant implantées dans les territoires, assure Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie. Elles créent de la valeur, de la richesse, de l’emploi. Les mettre à l’honneur, c’est une reconnaissance. À Abbeville 44 % des créateurs sont des femmes. C’est un fait à signaler car le chiffre est de 32% au niveau national. » Pour Nicolas Dumont, maire d’Abbeville et président de la communauté d’agglomération de la baie de Somme, il est « important de vivre son rêve, y compris celui de la création d’entreprises. Les TPE ont un rôle fondamental en termes d’emploi, de richesse et de cohé- sion sociale. Il faut aider à créer et à se pérenniser aussi. » David Garnier, 31 ans, d’Ault, a monté un studio d’enregistrement mobile après de belles études en musique : « Nous n’avons plus peur de l’instabilité, confie t-il. On se dit que ce que l’on cherche n’existe pas. Alors, on le crée et nous sommes déterminés. » À Boismont, Pascal Gilliers, 50 ans, a fondé, en début d’année Aménage Home, une entreprise qui conçoit et installe des cuisines, des dressings et des salles de bains. Il a aménagé un showroom dans un camion. Il se rend notamment les dimanches sur les marchés de SaintValery et de Cayeux-sur- Mer pour se faire connaitre. Pascal Gilliers réalise également des chantiers sur Amiens ou Dieppe : « Je suis ébéniste de métier, confie t-il. J’ai travaillé 28 ans dans la cuisine, je travaille beaucoup grâce au bouche à oreille. En quatre mois, j’ai atteint de prévisionnel de l’année, je suis heureux car je fais ce que je veux et l’administratif n’est pas trop lourd. » - Picardie la Gazette

Les secteurs d’activités privilégiés sont l’artisanat 46%, le commerce 35%, les professions libérales 15% et l’agriculture à 4%. Pour le début 2017, déjà 40 entreprises ont vu le jour, 50% des créateurs ont choisi le statut d’auto-entrepreneur ou d’entreprise individuelle. L’autre moitié ont opté pour des sociétés plus traditionnelle : SAS, SA, SARL. « Sur ce territoire, il y eu des efforts de fait de la part de la communauté d’agglomération,se félicite Sébastien Dottin, directeur général de BGE Picardie, qui accompagne les entrepreneurs. Faire venir des entreprises de 100 ou 200 salariés, c’est illusoire. En créant, les gens ont moins de contraintes. Beaucoup de jeunes se lancent. Ils n’ont pas le frein d’un loyer, d’une famille… Ils veulent gagner leur vie et avoir un mode de vie qui les inté- resse. » « On ne parle pas assez des TPE pourtant implantées dans les territoires, assure Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie. Elles créent de la valeur, de la richesse, de l’emploi. Les mettre à l’honneur, c’est une reconnaissance. À Abbeville 44 % des créateurs sont des femmes. C’est un fait à signaler car le chiffre est de 32% au niveau national. » Pour Nicolas Dumont, maire d’Abbeville et président de la communauté d’agglomération de la baie de Somme, il est « important de vivre son rêve, y compris celui de la création d’entreprises. Les TPE ont un rôle fondamental en termes d’emploi, de richesse et de cohé- sion sociale. Il faut aider à créer et à se pérenniser aussi. » David Garnier, 31 ans, d’Ault, a monté un studio d’enregistrement mobile après de belles études en musique : « Nous n’avons plus peur de l’instabilité, confie t-il. On se dit que ce que l’on cherche n’existe pas. Alors, on le crée et nous sommes déterminés. » À Boismont, Pascal Gilliers, 50 ans, a fondé, en début d’année Aménage Home, une entreprise qui conçoit et installe des cuisines, des dressings et des salles de bains. Il a aménagé un showroom dans un camion. Il se rend notamment les dimanches sur les marchés de SaintValery et de Cayeux-sur- Mer pour se faire connaitre. Pascal Gilliers réalise également des chantiers sur Amiens ou Dieppe : « Je suis ébéniste de métier, confie t-il. J’ai travaillé 28 ans dans la cuisine, je travaille beaucoup grâce au bouche à oreille. En quatre mois, j’ai atteint de prévisionnel de l’année, je suis heureux car je fais ce que je veux et l’administratif n’est pas trop lourd. »

Publié dans le numéro 3673 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le groupe Ternel couverture a été fondé à Albert, en 1983, par ÉricTernel, artisan couvreur. Son fils Adrien, qui a baigné durant toute son enfance dans cette activité, a rejoint l’entreprise en 2003, franchissant les étapes jusqu’à prendre la direction de l’entreprise en 2014. Il a diversifié l’activité et s’est lancé, il y a un an et demi, dans un projet colossal.

« Le showroom nous rapprochera encore plus de nos clients », explique Adrien Ternel.

Dès sa prise de fonctions, Adrien Ternel rachète l’entreprise Crapoulet à Louvencourt, pour étendre l’aire d’influence de l’entreprise. Il installe son cousin, Aurélien Ternel, à la tête du second site. « Aurélien travaillait déjà chez nous en tant que chef d’équipe. C’était naturel de le faire devenir responsable du site et cogérant nonassocié de l’entreprise », explique le gérant.

Le groupe Ternel, dont le métier d’origine est la couverture, propose de nombreuses prestations : pose de tous types de couverture, essentiellement en rénovation (tuile, tôle, ardoise, etc.), charpentes traditionnelles et industrielles, extensions et surélévations d’ossature bois, bardage, en rapport avec tous les procédés d’isolation thermique des combles et, par l’extérieur, pour la toiture et les murs (sarking, ITE), maçonnerie. En outre, depuis une quinzaine d’années, le groupe Ternel propose la location d’échafaudages.

Un service clés en main

L’entreprise s’adresse principalement aux particuliers. Ceux-ci représentent 70% de la clientèle du groupe, les 30% restants sont des bailleurs, architectes et quelques communes. La force du groupe Ternel réside dans la longévité et la renommée de l’entreprise (en activité depuis plus de 30 ans). « Nous avons très peu de clients insatisfaits, on est souvent recommandé par nos clients. » En outre, « on fait la différence par notre maîtrise et notre capacité à gérer un chantier complet avec nos propres équipes ».

De fait, la reconnaissance du travail de l’entreprise a permis au chiffre d’affaires de l’entreprise – qui compte 17 salariés, répartis sur les deux sites (deux équipes sur Louvencourt et cinq à Albert) – de progresser depuis trois, quatre ans. Il s’élevait à près de 1,5 million d’euros en 2016 et provenait à 60% de la couverture, 10% de la maçonnerie, 10% du bardage, 10% de la charpente/ ossature et 10% de la location.

Prendre un nouvel élan

Très vite, Adrien Ternel a réalisé qu’il devait améliorer la mise en avant de ses produits pour conquérir de nouveaux marchés. Aussi, il y a un an et demi, il a racheté le bâtiment de 500 m² face à son entreprise, d’une part pour y transférer ses bureaux et, d’autre part, monter un showroom de 300 m². L’idée première de cet investissement est de mettre en avant les prestations proposées par l’entreprise, mais surtout de répondre au mieux aux désirs des clients. « Ils sont le cœur de notre métier, notre priorité. Le showroom est vraiment là pour eux. Ce concept nous permettra denous rapprocher de nos clients et de mieux satisfaire leurs besoins », justifie le gérant. D’autant qu’il s’agit d’une première dans le département et dans les Hauts-de-France. « Nous sommes les premiers artisans couvreurs à offrir un tel service pour le grand public », affirme Adrien Ternel. Les portes ouvertes de l’espace se tiendront les 22, 23 et 24 juin prochains, avec une inauguration officielle le 23 juin au soir.