Les centres-bourgs en question

Publié dans le numéro 3669 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le CAUE de la Somme a tenu son assemblée générale à Doullens. À cette occasion, des membres de l’association départementale, qui promeut la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement, ont notamment évoqué la revitalisation des centres-bourgs et les nouvelles lois sur le territoire.

Le CAUE de la Somme est une association à échelle départementale dont le but est de promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement, avec le souci de prendre en considération les particularités locales et de répondre aux préoccupations des élus, des professionnels et des particuliers, tout en privilé- giant l’intérêt général.

Son conseil d’administration regroupe un ensemble d’acteurs du cadre de vie local : des représentants de l’État et des collectivités, des représentants des professions concernées. En 2016, le CAUE comptait 545 adhérents. L’équipe technique est composée de huit personnes : architectes, urbanistes, paysagistes, documentaliste.

Dans le cadre du programme national lancé par l’État, fin 2014, d’appel à manifestation d’intérêt “revitalisation des centres-bourgs” des communes de moins de 10 000 habitants, la candidature de la communauté de communes du Pays hamois et de la Ville de Ham a été retenue pour bénéficier de cette ingénierie territorialisée. Cette démarche favorise les politiques d’habitat et de redynamisation du tissu économique local dans une logique de démarche plus globale de renouvellement urbain.

50 bourgs-centres

Les communes de Gamaches et Péronne ont bénéficié d’un dispositif similaire pour mener à bien leur projet collectif de revitalisation, en s’appuyant sur les compétences d’un bureau d’études privé et sur la constitution d’un groupe de travail pérenne. En 2016, la direction départementale des territoires et de la mer et le conseil départemental ont souhaité étendre cette expérimentation à l’échelle départementale en organisant des ateliers décentralisés au sein du territoire.

50 bourgs-centres ont été sélectionnés et invités à réfléchir ensemble. Les ateliers reposent sur le partage d’expérience et la mise en place de réseaux afin de passer d’une stratégie des bourgs-centres et de leur territoire à un urbanisme de projet. Le prochain atelier décentralisé se déroulera le 23 juin à Poix-de-Picardie. « Ces centres-bourgs connaissent des problèmes de baisse de dynamisme, de population, des commerces qui ferment. Le but est d’articuler une stratégie locale de redynamisation du tissu des centres-bourgs avec une démarche plus globale de renouvellement urbain des bourgs-centres et de leur territoire », explique Richard Kasynskin, architecteurbaniste.

La loi Alur et les mesures de transition ont aussi été évoquées, car depuis le 1er janvier, les communes dotées d’une carte communale ont la compétence en droit des sols. Les POS, PLU et PLUI vont devenir caducs. De nouvelles lois agissent sur l’aménagement du territoire : loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine ; loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages ; loi Notre qui définit les nouvelles gouvernances des territoires… Autant de nouvelles réglementations sur lesquelles le CAUE sensibilise, informe et forme.