Le CHU poursuit sa quête d’innovations

Publié dans le numéro 3660 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le CHU d’Amiens est aujourd’hui équipé d’équipements de pointe et mise sur l’innovation.

Fin janvier Danielle Portal, directrice générale du CHU organisait la traditionnelle conférence de presse de début d’année. L’occasion de faire un point sur les réalisations faites en 2016 et les projets pour 2017. 

Après une année 2015 marquée par un déménagement retentissant, le Centre hospitalier universitaire d’Amiens, installé en grande partie sur son nouveau site, a poursuivi ses missions premières que sont le soin, l’enseignement et la recherche. Établissement de référence au niveau régional, le CHU d’Amiens c’est : 5 832 salariés à temps plein pour une capacité d’accueil de 1 709 lits (sites nord, sud, centre Saint-Victor et Institut ophtalmologique). Au cours d’une journée le CHU enregistre en moyenne 359 hospitalisations, 90 interventions chirurgicales, six naissances, 1 059 consultations, 233 passages aux urgences et 318 appels au SAMU.

Une année marquée par des réalisations phares « 2016 a été une année riche en innovations, lance Danielle Portal en préambule de sa présentation. Le CHU a réalisé en mars la première ablation mondiale par radiofréquence d’une tumeur osseuse », poursuit la directrice générale du CHU, présentant également une première picarde : l’ablation d’hernie discale en ambulatoire par le service de neurochirurgie. Des réalisations fortes qui ont été accompagnées par des investissements conséquents pour de nouveaux équipements comme l’EOS, une “cabine” radiologique qui permet une imagerie très précise réalisée debout. « Il y en a trois dans des CHU et 900 dans le monde, c’est vraiment un équipement qui va révolutionner la radiothérapie », s’enthousiasme Danielle Portal. A l’automne 2016, le CHU a également accueilli le Cyberknife, un outil prenant en charge de petites tumeurs cancéreuses de façon plus efficace. Ces équipements clés ont représenté respectivement un investissement de 500 000 et 4,5 millions d’euros. 2016 a aussi vu la création du GHT Somme Littoral Sud qui renforce la coopération entre les différents établissements médicaux du territoire.
Le centre hospitalier vise le retour à l’équilibre « Notre ambition pour notre plan de retour à l’équilibre était d’appliquer les bons soins au bon patient au bon moment », résume Danielle Portal. En suivant cette ligne, le CHU a enregistré une progression de 5,2% de son activité, allant bien au-delà des 3% fixés comme objectif. « Tous les mois en 2016 ont été marqués par une augmentation de l’activité que ce soit en médecine, en chirurgie ou en obstétrique. L’ambulatoire a également fortement progressé », note la directrice générale. Sur un budget annuel de 650 millions d’euros, le CHU a connu un déficit l’année passée estimé entre 13 et 14 millions, beaucoup moins que les 21,5 millions attendus. En 2017, l’objectif prévisionnel est fixé à 7 millions de déficit. Un chiffre qui devrait être atteint grâce à « une maîtrise de la masse salariale », un « recours à l’intérim divisé par deux », et le « recrutement de professionnels y compris dans des secteurs tendus comme l’anesthésie, la radiologie ou les urgences ». Le retour à l’équilibre des comptes est programmé pour 2021. En attendant, la rénovation du bâtiment Fontenoy permettant la finalisation du déménagement est suspendue à une décision nationale. En 2017, le CHU vise une certification, le déploiement de 133 projets mais aussi la finalisation du projet d’établissement tourné vers l’évolution de la médecine, la recherche et l’innovation.