L’agroéconomie, c’est possible

Publié dans le numéro 3668 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

À Villers-Saint-Paul, Patrick Mancheron et Magali Haring tiennent L’Arbre à poule, une ferme pédagogique dans un hectare de verdure agrémenté d’un verger et d’un potager géré en agroagriculture. Elle est ouverte à ceux qui désirent découvrir l’harmonie entre l’homme et la terre.

Depuis des millénaires, la nature crée des écosystèmes durables qui favorisent le développement de formes de vies et la transformation d’espèces, de la faune et de la flore. C’est dans cet esprit que Patrick Mancheron préside la ferme familiale L’Arbre à poule où dix générations, depuis 1712, se sont succédées. « Ici, il y a tous les animaux de la ferme, élevés en plein air. Nous avons créé une ferme pédagogique en 2009 et proposons une visite guidée, entre mars et novembre, pour expliquer notre philosophie, notre travail de la terre et la façon dont nous élevons les animaux ».

Tester la permaculture

Au-delà de la ferme, l’Arbre à poule propose une autre façon de penser l’agriculture et la relation entre l’homme et la nature. « Cette ferme se base sur l’écosystème de la nature, explique Patrick Mancheron. De génération en génération, nous avons créé un petit coin de paradis où l’objectif est d’atteindre l’autonomie alimentaire et dans un second temps, énergétique ». Concrètement, Patrick Mancheron et Magali Haring étudient et pratiquent les adaptions des concepts de la permaculture. Cette dernière est un système conceptuel inspiré du fonctionnement de la nature sur un principe essentiel : positionner au mieux chaque élément de manière à ce qu’il puisse interagir positivement avec les autres. En somme, créer des interactions bénéfiques comme dans la nature où tout est lié.

Ainsi, la ferme L’Arbre à poule est gérée de façon naturelle en reproduisant l’écosystème de la nature : « Par exemple, nous ne laissons jamais le sol des cultures vierge ou encore nous retournons simplement la terre. »

Un cercle vertueux

Cette méthode, Patrick Mancheron l’a acquise à la Ferme du Bec Hellouin (Normandie), qui a favorisé l’essor de micro-fermes, depuis 2010, conçues selon les principes de la permaculture. « Depuis 2016, avec la nouvelle loi d’orientation agricole, nous sommes devenus agriculteurs », précise le président. Le principe va plus loin : le pain donné aux animaux provient des invendus des boulangeries et le foin d’une ferme voisine. L’objectif ? Créer un cercle vertueux.

Depuis 2015, Patrick Mancheron et Magali Haring sont producteurs et vendent leurs produits directement à la ferme, où ils vivent en famille : fruits, légumes, miel… tout y est.

La visite de la ferme permet donc de comprendre la nature et de mieux se l’approprier. Des formations sont aussi données sur la permaculture ou encore sur la phyto-épuration.

Ce havre naturel a été récemment récompensé par le ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer. L’Arbre à poule est désormais labellisé “J’agis pour la biodiversité”, un prix qui valorise et reconnaît ce long travail de préservation de la biodiversité. « Mon but est de préserver le patrimoine et de le faire évoluer », confie le producteur.

Actuellement, des gîtes sont en construction pour donner la possibilité aux visiteurs de s’immerger dans un monde 100% naturel.