À Soissons, Biocoop voit plus grand

Publié dans le numéro 3656 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Michel Dupuis a créé l’enseigne au Panier Naturel il y a vingt ans dans le réseau Biocoop.

Pour ses 20 ans, le magasin Biocoop de Soissons s’offre un nouveau point de vente pour suivre la tendance d’un marché en progression.

Quel changement ! » Près de deux mois après son déménagement, les clients du magasin Au Panier naturel au sein du réseau Biocoop de Soissons continuent d’exprimer leur satisfaction aux salariés et à Michel Dupuis, le créateur de ce magasin sur ce territoire du sud de l’Aisne qui sillonne les rayons à la rencontre des chalands. Ce militant de la première heure se souvient de l’arrivée de l’enseigne Biocoop sur Soissons et de son développement. C’était en 1997. « Je me suis installé sur 60 m2 rue Saint-Antoine sous l’enseigne Au Panier naturel – Biocoop. À cette époque, nous étions sur une niche de marché. J’étais le premier magasin de l’Aisne et le deuxième de Picardie sous l’enseigne Biocoop. » Onze ans plus tard, Michel Dupuis s’installe avenue de Compiègne sur 130 m2. En novembre dernier, le magasin déménage pour s’installer sur 400 m2 dont 300 dédié à la vente. « Notre magasin suit la tendance du marché qui connaît une progression constante. Mais il ne faut pas se fier au pourcentage à deux chiffres. Nous sommes toujours sur un marché de niche. Sur notre territoire, le bio représente un peu plus de 1% du secteur alimentaire. Il y a là encore une belle progression », explique Michel Dupuis.
Faire ses emplettes autour d’un café

Le point de vente soissonnais a quitté la ville pour la zone commerciale de Chevreux. Michel Dupuis s’est rapproché de ses (futurs) clients qui fréquentent les zones commerciales. Le nouveau magasin propose plus de 4 000 références (1 500 référencements de plus grâce au déménagement) plus visibles et surtout plus accessibles. Le nouvel espace de vente a conservé l’ambiance des débuts. Un lieu convivial où les clients et amis aiment se retrouver et échanger. « Nous sommes très attachés à ce lien. Ce n’est pas par hasard que les gens viennent ici », constate le gérant qui aménage actuellement un espace détente dans lequel les clients pourront se retrouver autour d’un café. Bientôt, des thérapeutes, diététiciens et un sophrologue tiendront des permanences et animeront des ateliers. Michel Dupuis a investi 200 000 euros dans ce nouveau point de vente qui a permis de créer deux nouveaux emplois sur un total de cinq personnes. Impliqué dans le réseau depuis 20 ans, Michel Dupuis gère aussi le Biocoop de Saint-Quentin avec son confrère Gérard Batot qui, lui, est propriétaire du Biocoop de Cambrai. Ces trois magasins emploient 18 personnes. « C’est une belle progression », lance Michel Dupuis qui rappelle l’implication dans le tissu économique local. « Nous travaillons avec des producteurs et des entreprises locales. »