Le numérique et le conseil au cœur de la profession

Publié dans le numéro 3696 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

À l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’ordre des experts-comptables, Charles-René Tandé, président de l’ordre, a insisté sur le rôle de conseil de la profession. Les participants ont également pu assister à une conférence sur le numérique, devenu incontournable dans les cabinets.

Charles-René Tandé a souhaité ouvrir le débat sur les domaines de compétences des experts-comptables.

Les 16 et 17 octobre étaient des journées particulièrement studieuses et chargées pour l’ordre des experts-comptables Picardie Ardennes. Au programme de ces deux jours, de nombreux ateliers pour aborder sereinement la transition numérique, la prestation de serment de la promotion 2016-2017 et deux interventions, dont celle, très suivie, de Charles-René Tandé. Le président du conseil supérieur de l’ordre s’est exprimé sur le programme de son mandat, d’une durée de deux ans. Parmi ses priorités, il a cité la réforme territoriale. À ce sujet, il a d’ailleurs tenu à rassurer l’assemblée : « Une grande partie de la profession est contre ce projet. Mais nous devons respecter la loi. J’ai donc choisi de prendre le sujet à bras le corps et propose de maintenir l’implantation des conseils régionaux sensés disparaître afin de maintenir une proximité sur le territoire ».

Conseil et spécialités

Autre axe que souhaite développer Charles-René Tandé, l’influence de la pro fession auprès de la classe politique. « Nous avons un faible poids au parlement et c’est regrettable. Nous devons mener nos textes et nos réflexions main dans la main avec les commissaires aux comptes pour pouvoir mieux travailler avec la Chancellerie et Bercy », a-t-il ajouté. Le président du conseil supérieur a aussi insisté sur la nécessité de « valoriser les missions de conseil », qui sont une plus value face à la concurrence dé- matérialisée. « Il y a des parts à prendre sur ce marché alors il ne faut pas hésiter ». Il a également invité ses confrères à se « dégager de l’image de généraliste tourné vers le déclaratif » en leur suggérant de se spécialiser ou de s’exprimer librement sur leurs propres domaines de compétences.

Le numérique, incontournable

Une autre intervention a suscité l’intérêt des experts-comptables, celle de Philippe Barré, expert-comptable lui-même, commissaire aux comptes et consultant, qui s’est exprimé durant plus d’une heure sur la transformation numérique. Cet auteur de plusieurs ouvrages destinés à la profession a rappelé la nécessité de se plier aux mutations actuelles : « Ne pas s’adapter, c’est rester sur le bord de la route ». Pour convaincre son auditoire, le consultant n’a pas hésité à citer de nombreux exemples très concrets comme IMB Waston, logiciel d’intelligence artificielle utilisé en médecine pour poser des diagnostics de manière très précise. « A priori vous préfèreriez consulter un médecin traditionnel ? Mais si votre enfant était gravement malade et que ce même médecin avait plus de chances de le soigner grâce à IBM Watson, j’imagine que vous ne seriez pas contre. Dans nos métiers c’est la même chose. Il faut se servir du numérique comme d’un plus car il n’y aura de toute façon pas de retour en arrière possible », a-t-il résumé.