Hauts-de-France prévention aide les entreprises en difficultés

Publié dans le numéro 3695 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La CCI Hauts-de-France et le conseil régional présentaient début octobre leur nouvel outil dédié au renforcement de la trésorerie, à la stabilité financière des entreprises et au financement du développement économique. Une aide qui concerne les entreprises de plus de 10 salariés.

Stéphane Bonnefond a détaillé les conditions d’éligibilité devant une salle pleine de chefs d’entreprises de la région.

Xavier Bertrand, président de Région et Philippe Hourdain, président de la CCI Hauts-de-France étant absents en raison de la venue du Président de la République à Amiens le 3 octobre (voir notre précédente édition), c’est Fany Ruin, présidente de la CCI Amiens-Picardie qui a procédé à la présentation de ce nouveau dispositif créé conjointement par les deux institutions. « Une entreprise peut à tout moment rencontrer des problèmes de trésorerie, pâtir des problèmes de trésorerie de l’un de ses clients, rencontrer des difficultés financières durant sa phase de développement à cause d’une grosse commande et un fournisseur à payer. C’est pour prévenir tous ces soucis que nous lancé Hauts-de-France Prévention, un dispositif qui existait déjà dans le Pas-de-Calais et que nous avons trouvé pertinent ».

Une avance remboursable

 « Il ne s’adresse pas aux entreprises déjà «plombées», c’est un outil qui vient en prévention des difficultés, comme son nom l’indique, il faut donc anticiper », précise Christian Pollet, conseiller financement des entreprises à la CCI Amiens-Picardie. L’aide prend la forme d’une avance comprise entre 50 000 et 300 000 euros, remboursable sur cinq ans maximum. Pour obtenir son déblocage, « l’obtention d’un cofinancement est obligatoire », ajoute le conseiller. Avant cela, il est bien sûr nécessaire de prendre rendez-vous auprès de la CCI pour une première analyse de la situation. Pour être éligible, l’entreprise doit être inscrite au Registre du commerce et des sociétés et avoir son siège sociale en Hauts-de-France. Son effectif doit être égal ou supérieur à dix salariés et elle doit justifier d’au moins trois exercices fiscaux. « Il ne faut pas que l’entreprise ait plus de deux exercices fiscaux déficitaires », prévient Stéphane Bonnefond, responsable du pôle performance des entreprises. Les cas sont ensuite examinés et votés à l’unanimité par des élus de la CCI, de la Région, le directeur de la Banque de France et un représentant des banques. L’attribution et le versement des avances se fait par le conseil régional. D’un coût de 20 millions d’euros (12 millions pris en charge par la Région et 8 millions par la CCI), cette aide est renforcée par l’accompagnement sur-mesure d’un conseiller qualifié.