Un hôtel-restaurant à L’aérodrome

Publié dans le numéro 3690 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

À Buigny-Saint-Maclou, l’ancien motel-restaurant Le Relais de l’Europe a été rebaptisé L’aérodrome. Dans une ambiance bistrot, le restaurant propose une cuisine traditionnelle. Il compte 110 couverts dont 35 en terrasse, le motel affiche quinze chambres.

Ouvert depuis le printemps, L’aérodrome est géré par François-Xavier d’Argoeuves et Benoît Maillard, agriculteur, qui ont créé six emplois en reprenant l’établissement. Le lieu est facilement reconnaissable avec sa maquette grandeur nature d’un avion Mystère IV en entrée. Après quatre ans passés en Asie dans l’hôtellerie, François-Xavier d’Argoeuves a été séduit par le projet de son aîné.

Fait maison

« Je le connais depuis des années, raconte t-il. Je voulais revenir en France. C’est lui qui m’a mis sur le projet. J’ai été séduit par la situation juste à côté de l’aérodrome. Le stadium est proche sans compter la sortie de l’autoroute et la ferme des 1 000 vaches. Nous accueillons souvent des groupes ou des commerciaux qui se rendent dans cette ferme du futur. Et puis, il y a la baie de Somme. Dès que les établissements sur la côte affichent complet, les gens viennent chez nous. » Le bar se veut cosy, avec une ambiance bistrot : avions, planeurs et autres ULM ornent le restaurant de 80 couverts aux larges vitres, et la belle terrasse peut accueillir une trentaine de convives. En semaine, les menus (entrée et plat ou plat et dessert) sont à 15 euros, le menu complet est lui à 19 euros. Ficelle picarde, burger de l’aérodrome, filet de bar avec julienne de légumes, côtes à l’os ou entrecôtes, meringue glacée… figurent sur l’ardoise. Les gérants s’approvisionnement chez des fournisseurs, des maraî- chers et des agriculteurs locaux. La cuisine est 100% faite maison : « Cela est important pour les clients. Ils préfèrent avoir une carte restreinte et savoir que tout est frais », assure François-Xavier d’Argoeuves.

Quinze chambres

Côté motel, quinze chambres, équivalant à deux étoiles et accessibles aux personnes handicapées, ont été aménagées. Elles disposent d’une vaste douche à l’italienne, d’une bonne literie, du wifi et d’une vue sur les pistes de l’aérodrome (non éclairé la nuit), avec une décoration épurée. Les tarifs sont de 75 euros la nuit pour deux personnes et 15 euros en sus par matelas. L’établissement abrite aussi une salle de réunion d’une capacité de 15 personnes, un lieu prisé par les entreprises. « Les gens de la région sont contents de voir cet endroit qui revit, ajoute François-Xavier d’Argoeuves. Nous avons une clientèle d’habitués le midi, les menus ne sont pas très chers pour les gens qui travaillent. Nous sommes très satisfaits de nos premiers mois. » Épaulés notamment par Somme Tourisme, les gérants misent aussi sur la communication pour se développer : « Dans notre métier, rien n’est acquis, soulignent-ils. Nous avons besoin de nous faire connaître pour attirer une nouvelle clientèle. »