TFB, un transporteur de proximité polyvalent

Publié dans le numéro 3689 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

François Baillié fonde en 1992 l’entreprise Transport François Baillié (TFB), à Laon, en sommeil de 1997 à 2004. Cette pause de sept ans est mise à profit par l’entrepreneur qui dirige la filiale française de l’entreprise suédoise GN Transport.

J’ai décidé de relancer mon entreprise en 2004, après avoir fait le tour de la question », précise François Baillié. De 2004 à 2008, la société transporte, pour son unique client Royal Canin, des matières premières en vrac (citernes-pulvé et bennes) qui entrent dans la fabrication de la croquette du groupe agroalimentaire. Conscient de sa vulnérabilité, le gérant travaille à la diversification de son activité pendant huit ans en dénichant de nouveaux clients dans le transport de palettes (MDS, SDP, soufflet alimentaire). Le tournant s’opère en 2016, quand le réseau Pall-Ex sollicite TFB pour l’exclusivité départementale de la distribution de ses marchandises, notamment les palettes. « Il s’agissait d’une opportunité qui nous a permis de nous développer en réalisant de nombreux investissements, mais aussi de nous faire connaître plus largement auprès de nouveaux clients », confie le gérant.

Une diversification contrôlée

TFB est avant tout spécialisée dans le transport de marchandises (aujourd’hui 95% de son chiffre d’affaires). Puis la société a élargi son offre à l’activité de stockage (5% du CA). Le chiffre d’affaires est en progression constante depuis 13 ans, passant 2,3 millions d’euros en 2016 à près de 2,6 millions en 2017. Il provient avant tout de Royal Canin (50%), puis est réparti entre le réseau Pall-Ex (20%) et trois autres compagnies qui représentent les 30% restants. L’entreprise conserve une certaine objectivité quant à ses capacités. « Si on ne peut pas répondre à une demande en direct nous sommes prêts à la refuser. Nous favorisons le transport avec nos propres véhicules », affirme François Baillié. Géographiquement, la société rayonne sur la France entière et les pays limitrophes (Italie, Belgique, Pays-Bas, notamment pour Royal Canin, sachant qu’une partie du matériel lui est dédié, pour le « suivi de ses matières premières par souci de traçabilité ».

Le développement futur de l’entreprise réside dans une meilleure stratégie commerciale pour gagner en visibilité. De ce fait, l’effectif de 22 collaborateurs (dont 18 chauffeurs) sera complété ce mois de septembre par le recrutement de Marie Baillié qui viendra également l’épauler dans les tâches administratives. François Baillié projette également d’agrandir son dépôt de véhicules – il compte aujourd’hui 17 véhicules moteurs et 18 remorques – en achetant le terrain concomitant au sien, dans le but d’augmenter la surface du bâtiment administratif actuel qui dispose de cinq quais et d’un espace de stockage de 1 500 m². Enfin il souhaite poursuivre le développement de son activité « en restant réactif, c’est-à-dire en saisissant au fur et à mesure les opportunités qui nous sont offertes, car ce sont elles qui nous font avancer ».