Sixième édition du concours régional autour de l’écoconception

Publié dans le numéro 3690 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La plate-forme [avniR] du CD2E a lancé cet été la 6e édition de son concours consacré à l’écoconception. Les candidats, petites ou grandes entreprises, ont jusqu’au 15 septembre 2017 pour remplir le formulaire de participation.

Au sein du CD2E, nous travaillons sur différentes thématiques, mais l’analyse en cycle de vie est un thème transversal. La pensée cycle de vie, que l’on aborde via la plate-forme [avniR] est un outil scientifique qui permet d’évaluer les impacts environnementaux d’un produit ou d’un process, de l’extraction des matières jusqu’à la fin de son utilisation », explique Alice Salamon, responsable de communication de la plate-forme installée à Loos-en-Ghoelle. Ce centre de ressource collaboratif travaille à la fois avec des entreprises, l’enseignement supérieur et les collectivités. À partir de cette analyse globale, la réflexion autour de l’écoconception, qui vise à respecter davantage l’environnement, s’est naturellement développée. D’où ce concours, soutenu par le conseil régional des Hauts-de-France et l’Ademe. « Nous avons pour objectif à travers cet événement de valoriser les bonnes pratiques et faire naître une émulation autour de l’écoconception », souligne Alice Salamon.

Inspiré d’un concours similaire québécois, l’événement organisé par la plate-forme [avniR] a su depuis 2012, mobiliser une centaine de participants. « Remplir le dossier de candidature est un travail en soi qui permet de bien avoir à l’esprit les principes de l’écoconception. La démarche permet d’aborder aussi bien les matériaux que le transport ou le recyclage », souligne la chargée de communication. Seule contrainte, tous les produits présentés doivent avoir été mis sur le marché il y a moins de trois ans.

Mettre en avant

Divisé en deux catégories –TPE/ PME et grandes entreprises – le concours permet à chacun de recevoir un retour détaillé du jury puisque les points forts et points à améliorer sont soulignés dans une synthèse complète. « C’est un premier gain, le regard des professionnels peut être très utile », ajoute Alice Salamon. L’objectif est de trouver un bon équilibre entre les caractéristiques techniques du produit ou du process, ses performances et l’impact environnemental. « Le concours permet de mettre en lumière la démarche d’écoconception la plus aboutie, celle qui va le plus loin », note Alice Salamon. Dans les deux catégories, les lauréats sont choisis parmi les finalistes. Ceux-ci seront accompagnés par la plate-forme [avniR] et ses partenaires. Un catalogue présentant les lauréats est ensuite édité à 5 000 exemplaires. Largement distribué au sein de la région, cet outil permet de recenser les démarches d’écoconception existant et de mettre l’accent sur les entreprises engagées.

À l’image de la menuiserie Tillieux, primée en 2014 dont les modèles éco-conçus sont passés de 30% de l’activité à 70% ou encore l’entreprise Nexan (lauréat 2016) et son câble moyenne tension EDRMAX spécifiquement conçu pour permettre la connexion au réseau de sources d’énergie renouvelable.