L’escape game s’épanouit à Amiens

Publié dans le numéro 3692 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Avec l’ouverture d’une 4e enseigne spécialisée dans le jeu d’évasion, Amiens a bel et bien succombé au phénomène japonais qui a conquis l’Hexagone en 2013. Scénarios élaborés, thèmes divers, cohésion de groupe, l’escape game séduit jusqu’aux entreprises.

Un escape game, c’est un jeu d’évasion grandeur nature où l’on enferme une équipe de 3 à 6 personnes dans une pièce. Ils ont 60 minutes pour trouver un moyen de s’en échapper en résolvant une multitude d’énigmes », explique Mickaël Cop, gérant de Get Out, première structure à s’être implantée en centre-ville au printemps 2016. Il existe aujourd’hui 4 lieux de jeu dans la cité amiénoise (Get Out, Xscape, BMB et bientôt Brainscape).Ouvert 7/7 et jusqu’à 23 heures (minuit pour Brainscape), les jeux d’évasion sont accessibles à tous à partir de 8 ou 10 ans, sauf exception.

Un haut potentiel

Si le principe reste le même, le scé- nario, offre une possibilité infinie d’enquêtes. Assassinat de John Kennedy, risque bactériologique, derniers secrets de Jeanne d’Arc… il y en a pour tous les goûts. « Il n’y a pas vraiment de règles pour construire un scénario. Le tout est de trouver des énigmes en adéquation avec le thème choisi et de procéder à des tests pour mesurer la faisabilité et le niveau de difficulté. Un bon escape game doit avoir différentes énigmes qui font appel à des logiques diverses, un côté immersif et un maître du jeu attentif pendant le déroulement de l’enquête », résume cet ancien maître de jeu du bureau lillois – le premier de Get Out qui en compte 9 – passé par l’hôtellerie.

En avril dernier, c’est Xscape, lui aussi installé à Lille qui a opté pour une ouverture sur Amiens. « Ce n’est pas de la concurrence, chacun propose un univers différent, nous avons d’ailleurs testé les énigmes des uns et des autres », assure Jordan Schoonheere, gérant de la succursale. Ancien game master de l’enseigne lilloise, ce commercial de formation a toujours été passionné par le monde du jeu, une constante chez les professionnels amiénois. « J’avais envie de prendre des responsabilités. En discutant avec Arnaud Dufresnes, le fondateur, nous avons choisi Amiens qui a un beau potentiel de développement », ajoute-t-il. Sur plus de 200 m2 , amateurs comme néophytes se retrouvent ici dans un laboratoire en quarantaine. « L’important c’est de bien communiquer. En tant que maître de jeu, on va venir apporter un indice lorsque l’on voit qu’un groupe bloque, mais l’énigme est réalisable sans », souligne Jordan Schooheere. Pensées comme une trilogie, les énigmes d’Xscape évoluent d’une esthétique à l’autre. Après Quarantaine, la salle amiénoise proposera cet automne, une nouvelle énigme baptisée Asylum.

Entreprise et tourisme

Ce besoin de communiquer et cette cohésion de groupe font de l’escape game une excellente activité de team bulding. Si Get Out a pour projet de se déplacer en entreprise et que Xscape accueille déjà des groupes de professionnels, Brainscape mise lui sur le sur-mesure. Le petit dernier des jeux d’évasion qui ouvrira ses portes en octobre 2017 bénéficie d’un espace de 525 m2 en plein centre-ville. Des atouts qui permettent l’accueil de grands groupes. « Nos salles sont modulables et nous sommes ouverts à l’organisation de tout évènement, séminaire, enterrement de vie de garçon… tout est possible. Avec une salle de réunion et 3 salles de jeux pour l’instant [8 sont prévues à terme], les possibilités sont multiples », note PierreYves Montay à la tête du projet avec ses frères Loïc et Cédric. Très immersif, Brainscape mise également sur la qualité des décors et une amélioration continue de ceux-ci. Et le trio venu de Cambrai a déjà d’autres projets en tête. « La particularité de Brainscape est de s’attacher au patrimoine de la ville pour imaginer des énigmes. À partir de cela, on peut imaginer beaucoup de choses, y compris un jeu dans la ville à la découverte des sites marquants. C’est une autre forme de tourisme qui peut faire venir un nouveau public », conclut Pierre-Yves Montay.