Bilan moyen pour Saint-Valery

Publié dans le numéro 3689 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En juin dernier, Saint-Valery-sur-Somme était sacré deuxième village préféré des Français lors de l’émission de France 2 Le village préféré des Français. Mais les retombées médiatiques ne semblent pas avoir été à la hauteur des espérances des professionnels du tourisme du secteur.

Le 13 juin dernier, SaintValery-sur-Somme était sacré deuxième « Village préféré des Français » par l’émission de France 2, derrière Kaysersberg, situé dans le Haut-Rhin. La commune attendait des retombées touristiques après ce beau classement mais elles ne semblent pas au rendez-vous même si le mois de juin était prometteur. Il y a deux ans, Ault était arrivé en neuvième position, les touristes étaient venus en nombre, et l’office de tourisme avait enregistré des records.

Il n’en serait donc rien dans la cité médiévale, qui a souffert aussi d’une météo en demi-teinte en juillet.

Effet court terme

« Le mois de juin a été superbe avec le soleil et la météo, raconte Hervé Bernard de l’office de tourisme de la commune. Nous sommes passés de 4 000 à 6 300 demandes soit plus de 50%. Le mois de juillet a été le même que celui de l’an dernier, avec même une très légère baisse. L’effet « Village préféré des Fran- çais » n’est pas marqué. Les touristes ne viennent pas pour cela. Nous nous rendons compte que les gens préparent leurs vacances à l’avance, de plus, Saint-Valery était déjà connu avant. Les touristes parlent tout de même de l’émission, ils demandent où se trouve le quartier des marins, mis en avant lors de l’émission. Certains disent aussi qu’ils ont voté pour nous… »

Chef de rang au Relais Guillaume-de-Normandy, Alain Lefebvre tient le même bilan : « Franchement, le mois de juillet a été calme. Le début août est semblable, il y a eu un petit effet les dix-quinze jours après l’émission, maintenant les gens en parlent beaucoup moins. Il y avait plus de clients l’an dernier et il y deux ans. Nous l’expliquons par la météo, la crise ou des touristes qui partent plus à l’étranger. »

Météo peu clémente

Réceptionniste à l’hôtel-restaurant Les Pilotes, Frédéric Dumont estime que l’été 2017 est comme les autres : 100% des 25 chambres sont occupées le samedi et 75% les autres jours : « Le mois de juin a été chargé avec le beau temps. Juillet est bien mais sans plus, on s’attendait à plus de monde. Nous dépendons de la météo car nous sommes une destination de courts séjours pour les Belges ou les Parisiens. Dès que du beau temps est annoncé, le téléphone sonne, les clients commencent à parler un peu de l’émission mais le plus important c’est que nous ayons quand même une activité correcte. »

Au musée Picarvie, qui célèbre les métiers d’antan, le bilan est satisfaisant : « Nous avons un peu plus de monde, en moyenne nous enregistrons une trentaine d’entrées. Nous sommes montés le 31 juillet à 77 personnes et le lendemain à 50. Le début d’été est bon, nous sommes tributaires de la météo : quand il pleut, les gens ne viennent pas », constate aussi Léa Buchon, agent d’accueil.

Plus beau village ou pas, les touristes n’ont donc qu’un seul repère : les rayons du soleil.