Arno Graphy arrête le temps grâce à son objectif

Publié dans le numéro 3690 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Passionné de photographie, Arnaud gras a quitte son job pour ouvrir son studio photo a Boran-sur-Oise, Arno Graphy. Depuis, il a côtoyé les plus grands et a gagne de nombreux concours nationaux et internationaux sans jamais oublie ni sa sensibilité ni son humanité.

C’est au cœur de son village d’origine, dans une ancienne épicerie réhabilitée de 160 m², qu’Arnaud Gras a installé son studio photo, baptisé Arno Graphy, depuis février 2016. Loin des projecteurs, ce photographe professionnel se démarque par son humilité et ses valeurs humaines. « Quand je prends une photo, j’écoute les gens, j’échange avec eux et je partage un bout de leur vie, confie le photographe, j’utilise mon empathie pour capter des instants et des émotions. C’est avant tout une relation humaine. » Car Arnaud Gras s’intéresse aux gens. Sa spécialité ? Le portrait. Ce capteur d’instants fait des photos studio (maternité, naissance, famille), des photos de mariage et de baptême, des photos d’entreprise (photos corporate, reportage événementiel) ainsi que des photos d’identité. Derrière son objectif, Arnaud Gras photographie ce que l’on ne voit pas. « Mon rapport à l’image est le même quelque soit la photo, une photo de famille ou une photo corporate, note-t-il, mon but est que les gens passent un bon moment. J’essaie de les mettre à l’aise pour avoir un résultat naturel. Si c’est réussi, ils aimeront forcément les photos ! » Aujourd’hui, Arno Graphy s’impose dans le paysage de la photographie. Né d’une passion, ce studio se réinvente sans arrêt. « Il faut se surpasser pour proposer des clichés différents qui sortent de l’ordinaire. »

Une reconversion réussie

Au-delà des qualités humaines, Arnaud Gras se distingue par ses prix et son histoire professionnelle singulière. Tout commence en 2011, quand il achète son premier appareil photo. « J’ai toujours été passionné par la photo mais je ne me suis jamais lancé vraiment, se souvient-il, mais en 2011 j’achète un appareil photo et je fais des photos entre amis. » Et là, c’est le déclic. Laborantin pendant 18 ans pour une entreprise automobile, Arnaud Gras se laisse emporter par sa passion, au grès de ses rencontres. En 2012, il ouvre un studio amateur chez lui puis se forme l’année suivante pendant deux ans, au Groupement national de la photographie professionnelle (GNPP). « J’ai rencontré les bonnes personnes, et surtout Claude Fougeirol, mon mentor. C’est juste extraordinaire d’avoir pu travailler avec lui », confie-t-il. En parallèle, son choix se conforte avec l’obtention du premier prix du concours d’un célèbre hôtel parisien sur les Champs-Élysées. « C’était en 2012, 15 jours après l’ouverture de mon studio chez moi », sourit le photographe. L’aventure ne s’arrête pas là et tout s’enchaîne très vite. En 2014, il démissionne de son poste pour se lancer entièrement dans la photo, avec sa femme Corinne, qui gère la partie création. En 2015, il remporte le titre prestigieux du meilleur portraitiste de France. « Au-delà d’être reconnu par mes pairs, cela m’a surtout donné confiance en moi », explique-t-il. Au total, Arnaud Gras a obtenu huit titres, notamment le « European Photographer », jusqu’à être membre de l’équipe France de la photographie en 2017. Cet acharné du travail bien fait ne compte pas en reste là : « Je participe à de nombreux concours car c’est l’école de l’humilité et cela permet de progresser techniquement. Le métier de photographe soit se réinventer chaque jour. »