4e édition du Meeting aérien international à Méaulte

Publié dans le numéro 3689 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Organisée par l’association Bleu ciel organisation, la 4e édition du Meeting aérien international de la Somme Hauts-de-France s’est tenue fin août à l’aéroport Albert Picardie. Un rendez-vous incontournable pour les amateurs du genre comme pour les professionnels.

Ce meeting aérien, le plus important de la région, est l’occasion de célébrer l’aéronautique à travers une grande fête populaire, accessible à tous », explique Pascal Cordier, organisateur de l’événement. Lancé en 2008 à Albert, ce rendez-vous a connu trois éditions avant de s’arrêter brutalement. « En 2011, j’ai préféré abandonner ce projet pour des questions financières. Un meeting comme celui-ci nécessite un budget d’environ 155 000 euros, nous avons besoin de partenaires », note Pascal Cordier qui a reçu cette année l’appui notamment de l’intercommunalité.

Un rendez-vous pour les entreprises…

En plus d’avions militaires à la pointe, le meeting a adressé un joli clin d’œil à l’histoire du territoire avec un pôle consacré à la Grande Guerre. « Il y a un vrai intérêt patrimonial à organiser cette rencontre ici, mais l’aéronautique est aussi un secteur d’activité central à Méaulte, il y a donc également un intérêt économique », poursuit-il. Une belle vitrine donc pour les professionnels qui ont pu, aux côtés des 10 000 spectateurs attendus, admirer la centaine d’aéronefs présents sur l’aéroport. Au milieu des Mirages, F-16, Airbus A-321 et autres Typhoons de la Royal Air Force, les visiteurs ont pu approcher le stand de Stelia Aerospace. Un choix stratégique pour Laurent Motel, en charge des Ressources humaines au sein de l’industriel qui emploie 1 600 salariés à Méaulte : « Nous avons encore besoin de nous faire connaître et ce type d’événement est un endroit incontournable pour nous. Nous sommes venus pour présenter le site au grand public », dit-il. Le géant de l’aéronautique, spécialiste des pointes avant Airbus, a aussi quelques offres d’emploi à faire valoir. « Nous avons un cercle de recrutement dynamique tout au long de l’année. Même si nous recherchons des salariés qualifiés, nous mettons en place des formations », ajoute-il. Installé dans les locaux d’IndustriLab, le lycée HenryPotez qui dépend lui aussi de Stelia Aerospace forme les plus jeunes aux métiers de l’aéronautique du CAP/ BEP jusqu’au bac professionnel avec une possibilité de poursuite d’études en BTS et jusqu’au diplôme d’ingénieur. « C’est un secteur porteur avec de vrais opportunités », assure Laurent Motel.

… Et pour les acteurs publics

Alors que les premiers Alphajet de la Patrouille de France atterrissent, les curieux, de plus en plus nombreux, se pressent entre les stands. Celui de l’Armée de l’air est en bonne place, face à la piste. « Nous venons du centre d’information et de recrutement d’Amiens. Notre objectif aujourd’hui est de présenter tous les métiers présents au sein de l’armée de l’air et informer le public », explique l’adjudante Isabelle. Cette année, 3 000 postes sont à pourvoir au niveau national, accessibles aux jeunes de 17 à moins de 30 ans d’un niveau 3e à bac +5. « Pour un pilote en l’air il faut 30 personnes au sol, nous avons principalement besoin de mécaniciens, d’informaticiens et de personnels agissant dans le domaine de la sécurité et la protection », résume-t-elle. Le Meeting aérien est une occasion unique de toucher les visiteurs. « Le retour est difficile à quantifier, mais c’est une bonne façon de répondre aux interrogations de chacun et de pourquoi pas, susciter des vocations », assure de son côté l’adjudant-chef Yves. En dehors de ces événements particuliers, le Centre de recrutement (Cirfa) d’Amiens répond quotidiennement aux sollicitations du grand public.