La ville de Beauvais fait son spectacle

Publié dans le numéro 3688 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pour la 7e année consécutive, la ville de Beauvais a organisé son festival des arts du cirque et de la rue, les 26 et 27 août, baptisé Malices & Merveilles. Chaque année, près de 7 000 personnes déambulent dans un lieu beauvaisien emblématique, la Maladrerie.

En quelques années, c’est devenu un incontournable culturel à Beauvais. Malices & Merveilles, festival des arts du cirque et de la rue, a coloré et électrisé le site de la maladrerie Saint-Lazare les 26 et 27 août. Le temps d’un week-end, une vingtaine d’artistes (clowns, musiciens et acrobates) ont envahi les trois hectares de ce lieu emblématique du milieu hospitalier du Moyen- Âge, classé au titre des Monuments historiques. « C’est un événement familial, convivial et artistique, drôle et divertissant, explique Virginie Parmentier, la programmatrice artistique. Chaque année, il y a une trentaine de spectacles organisés. Je choisis toujours un spectacle pour ce qu’il va devenir dans l’ensemble de la programmation. » Cette année, une atmosphère poétique a régné tout le long du weekend, grâce notamment aux pièces de théâtre jouées dans les jardins. « Il y a eu quelques nouveautés, comme le vieux manège forain à poids, un numéro de grande illusion et de la poésie dans les caravanes, note Olivier Delamarre, l’organisateur du festival. Les visiteurs sont toujours ravis et cet événement est ancré dans les esprits des Beauvaisiens. » Au-delà de la féérie proposée, Malices & Merveilles montre également l’ambition culturelle de Beauvais, qui entend rendre la culture accessible à tous.

Le budget culturel ne diminue pas

« La Maladrerie satisfait notre envie de culture, confie Arnaud de Sainte Marie, élu à la culture à la ville de Beauvais. Ici, nous sommes dans un espace patrimonial et pour qu’il soit visité, il faut que ce soit un lieu de vie. » Car l’objectif de la ville est d’ouvrir la culture à tous les citoyens, à l’instar de l’ouverture du Théâtre du Beauvaisis prévue en septembre 2019. Financé à 100% par la ville de Beauvais, et gratuit pour tout le monde, Malices & Merveilles est un exemple de l’offre culturelle riche. « Malgré les baisses de subventions que tout le monde connaît, le budget culture n’a pas baissé et les crédits pour ce festival restent les mêmes, confie l’élu. Pour continuer à organiser des événements culturels, nous avons fait un rééquilibrage et nous travaillons différemment, notamment avec des partenariats. Beauvais reste culturelle ! » D’autres actions sont mises en place pour arriver à cet objectif. « Nous travaillons avec les écoles, les collèges et les lycées pour intéresser les enfants et capter un public et nos offres culturelles ne dépassent pas 23 euros », continue Arnaud de Sainte Marie. L’été à Beauvais se termine donc par une note poétique qui donne le « la » à d’autres événements culturels riches en découvertes.