La société Spurgin Léonhart s’installe à Nesle

Publié dans le numéro 3686 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La première pierre de l’entreprise Spurgin Léonhart, spécialisée dans le domaine des prémurs et prédalles, a été posée mi juillet. Avec plus de soixante emplois à la clé, cette nouvelle usine ouvrira ses portes en décembre 2017.

Il n’aura fallu que quatorze mois entre la première rencontre de Michel Laugner, PDG de la société et le président de l’ex-communauté de communes du Pays neslois, André Salomé, et la pose de la première pierre de cette usine. « Un délai court et efficace », ont salué tous les élus et les représentants de l’État présents pour officialiser ce moment. L’occasion également pour le président de Région, Xavier Bertrand, de rappeler son indéfectible soutien au projet du canal à grand gabarit atout majeur pour l’activité du territoire.

Une entreprise alsacienne

Le PDG, Michel Laugner, a rappelé l’historique de cette entreprise familiale créée en 1980 par son père et un de ses oncles. « Ils ont fait le pari fou de révolutionner un nouveau procédé, le prémur. Spurgin Léonhart produit des éléments préfabriqués en béton pour la construction de gros œuvre dans le bâtiment tels que les logements, écoles, entreprises, etc. Le produit a évolué, l’usine s’est modernisée, automatisée, et la société s’est développée », a expliqué le chef d’entreprise alsacien. Depuis sa création, la société s’est développée et s’est également implantée en Rhône-Alpes, en Eure-et-Loir. Aujourd’hui, c’est à Nesle, dans l’est de la Somme.

Plus de soixante emplois à la clé

À la question sur l’implantation à Nesle, qui était en concurrence avec Compiègne, Beauvais et le pôle d’activités de Haute-Picardie, le PDG explique avoir reçu un accueil chaleureux de la part des élus qui proposaient un terrain bien situé géographiquement, en plein centre des Hauts-de-France et à proximité des lieux de livraison. En effet, la matière première, composée de granulats, va arriver en grosse quantité par le canal du Nord, situé à quelques centaines de mètres du site. Bien évidemment, Michel Laugner compte lui aussi sur le projet du canal à grand gabarit pour son approvisionnement. « Le produit se fabrique sur un cycle très court. Les murs sont livrés dans un délai de trois à quatre semaines », précise le PDG qui a annoncé l’embauche de 60 à 70 personnes à terme : une quarantaine de personnes à la production, le reste étant réparti entre le bureau d’études, l’administratif et l’encadrement.

André Salomé, le nouveau président de la communauté de communes de l’Est de la Somme, a rappelé qu’accueillir une nouvelle entreprise sur un territoire de la collectivité est toujours un événement important et porteur d’avenir. « Un territoire sans entreprises est un territoire qui à moyen terme est condamné, car c’est le monde économique qui suscite les besoins en services. L’entreprise, c’est l’emploi et l’emploi, c’est un espoir », a souligné l’élu.