La numérisation 3D chez Multi-Méca

Publié dans le numéro 3686 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Fabricant d’outillages de découpe et d’emboutissage, la société Multi-Méca située sur à la zone industrielle Nord d’Amiens se modernise. La PME de 28 salariés produit entre 15 et 20 outillages par an. Afin d’obtenir la validation du client des pièces produites par les outillages, un contrôle rigoureux est primordial. L’entreprise a donc acquis un scanner 3D : le Comet L3D de chez Zeiss.

Nous sommes une des rares PME à posséder une machine avec une telle précision dans la région », assure Vincent Boutry, dirigeant de la PME depuis 12 ans. C’est une machine coûteuse (environs 80 000 euros) qui répond à des besoins spé- cifiques de mesures. Elle permet de scanner des pièces métalliques de formes et de tailles variables, « le temps pour réaliser un scanning dépend de la complexité de la pièce », précise le chef d’entreprise. Un investissement qui suit la tendance actuelle, qui tend vers l’utilisation du numérique 3D. Il ajoute : « Cette machine fournit une qualité des données et des résultats de mesure de haute précision à deux centièmes de millimètre, ce qui nous permet d’être certains des pièces qui sortent de nos outillages. Vincent Boutry développe : « Les pièces sont devenues si complexes, qu’il y a des formes que nous n’arrivons pas à mesurer avec des machines tridimensionnelles classiques. Nous devons utiliser cette technologie pour être sûrs que les pièces embouties par les outillages soient conformes aux attentes du client. La forme que nous scannons, nous la comparons ensuite avec la forme du ficher CAO de base, et nous pouvons observer toutes les différences.» Une opération impossible à mesurer sans ce scanner 3D.

Un scanner pour le bureau d’études

Ce scanner 3D est essentiellement utilisé par le bureau d’études MultiConcept, qui propose aussi ses services de conception et de réalisation de projets aux autres entreprises. Cyril Avisse, dessinateur industriel explique : « Installé il y a un mois et demi, le scanner 3D permet d’avoir une représentation réelle de la pièce telle qu’elle est, et de connaître les dimensions exactes de l’objet, de la mesurer sans avoir besoin d’y toucher. » L’utilisation est simple : il faut déposer la pièce sur le plateau rotatif, l’objectif à lumière LED la scanne et elle apparaît à l’écran de l’ordinateur connecté. Une formation est nécessaire pour l’utilisation de cette machine.

L’impact de cette technologie sur le travail du dessinateur industriel est concret. « Les clients demandent de plus en plus d’outillages pour produire des pièces avec des défauts de formes précises. Avec cet appareil, je gagne du temps dans la mesure et le contrôle des pièces.» Un atout aussi pour le client qui peut comparer les données mesurées et les données théoriques.

Multi-Méca investit donc dans deux machines neuves par an pour améliorer la qualité de ses prestations et la productivité afin de rester compétitive sur le marché de l’export. L’entreprise vient de même de terminer son nouveau site Internet : multi-meca.fr.