Euro commerce 60, pour un service complet et efficace

Publié dans le numéro 3686 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Patrick Greco, doté d’une expérience de 27 ans dans l’installation et la vente de systèmes d’encaissements, fonde en 2003 la société Eurocommerce 60 installée à Beauvais. L’entrepreneur se lance car il se sentait « suffisamment mûr pour prendre mon envol », dit-il.

Patrick Gréco rachète en 2003 l’activité d’encaissement de Robert Ledoux où il travaillait, et est rejoint par deux des techniciens de cette structure. À son origine, l’entreprise vendait des outils et logiciels de gestion et système d’encaissements, qui permettent aux commerçants « de gérer les ventes, les articles, la gestion du personnel ou les factures clients », précise Patrick Gréco. Aujourd’hui elle propose des terminaux points de ventes tactiles dans lesquels sont intégrés des logiciels de gestion certifiés NF 525.

Une activité qui évolue…

Dès 2010, constatant certaines lacunes dans le métier, le gérant prend l’initiative de développer la vidéosurveillance intégrée au système d’encaissement. En 2012, il développe un système sécurisé pour les espèces en collaboration avec la marque Glory. « Nous mettons en avant le côté hygiénique du système auprès des commerçants qui n’ont plus à toucher les billets ou la monnaie », explique Patrick Gréco. Et début 2017, Euro-commerce 60 rachète l’activité caisse enregistreuse de la société Noblecourt, implantée à Soissons depuis près de 40 ans.

… pour mieux grandir La société est active dans les Hauts-de-France, la région parisienne, la Normandie, les Ardennes, et l’est de la France. Sa force demeure dans l’offre sur-mesure proposée à ses clients et dans le suivi permanent de son service technique performant qui lui permet de mieux les connaître. « On est à l’écoute du commerçant. Chez nous, l’aspect humain compte énormément. Dans chacun de nos contrats on propose une assistance téléphonique pour continuellement s’adapter aux demandes de nos interlocuteurs »

La clientèle est exclusivement constituée de commerçants, notamment boulangers, restaurateurs et épiciers qui représentent environ 90% du chiffre d’affaires, les 10% étant des coiffeurs, fleuristes ou pressings. En l’espace de 13 ans, le chiffre d’affaires a triplé, passant de 400 000 euros en 2003 à près de 1,2 million d’euros en 2016. L’année 2017 s’annonce bonne, « très riche en sensation, stress et chiffre d’affaires. Nous avons 3 mois de délais de livraison actuellement alors qu’une année classique on s’exprime en semaines », souligne Patrick Gréco. L’entreprise compte neuf salariés dont cinq techniciens y compris deux nouvellement embauchés en octobre 2016. Patrick Gréco ne s’interdit pas de continuer à grandir, si la demande suit. Son objectif de stabiliser l’activité est à portée de mains. Le dirigeant rappelle aux commerçants qu’à l’échéance de décembre 2017, ils devront être en conformité avec la loi qui impose que chaque terminal devra avoir un logiciel certifié, au risque d’une amende de 7 500 euros.