Beauvais développe l’agriculture urbaine

Publié dans le numéro 3685 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Depuis le mois de juin, la nouvelle ferme urbaine de Beauvais, installée dans le quartier Saint-Jean, est ouverte au public. Fruits et légumes bio sont désormais disponibles en ville.

Nouvelles formes, nouveaux lieux, nouveaux défis et autoproduction : l’agriculture urbaine est une forme émergente de pratiques agricoles effectuées en ville. En parcelles partagées ou en jardins individuels, cette agriculture permet différentes productions d’intérêt économique local sur des territoires urbains ou périurbains en se fondant dans la ville. L’intérêt est multiple : réduire les coûts, les émissions de CO2 et le besoin en énergie et en carbone fossile ; développer les filières courtes, maintenir des coupures « vertes » contre l’urbanisation totale, permettre aux habitants de consommer des fruits et légumes frais et sains. En France, les fermes urbaines sont apparues il y a quelques années, à l’instar de Paris où une centaine de jardins partagés ont déjà été créés.

Pour la première fois dans l’Oise, ce type d’agriculture a été mis en place à Beauvais, dans le quartier Saint-Jean. La Ferme de Saint-Jean, étendue sur cinq hectares, est ouverte depuis le début de l’année 2017, suite à un appel d’offres de la ville de Beauvais. Inaugurée début juillet, cette ferme urbaine, reprise par deux cousins, Nabil et Radouane Azarkane, va recréer une biodiversité dans cette friche laissée à l’abandon depuis près de 15 ans.

Un projet à cinq ans

À la Ferme de Saint-Jean, l’heure est à la construction. Les cinq hectares ne sont pas encore exploités, mais pas à pas la ferme urbaine prend forme. Les premiers légumes biologiques sont à la vente depuis un mois et demi, malgré une météo peu clémente cette année pour les cultures. « Pour le moment, nous avons une vingtaine de variétés de légumes et six variétés de fruits, explique un des associés. Plus loin, là-bas, il y aura des animaux de basse-cour et il y a déjà une mule, pour pouvoir faire de la pédagogie et pour le plaisir d’avoir des animaux. L’idée est de dédier trois hectares au maraîchage, un hectare pour les fruits et le reste pour la ferme. Nous avons aussi le projet d’installer une ruche au milieu des orchidées sauvages que nous allons préserver. »

L’intérêt de cette ferme installée en ville est de vendre directement les produits aux consommateurs, mais aussi de s’inscrire dans une démarche raisonnée et durable. Et les deux passionnés de la nature, issus d’une famille de producteurs d’huile d’olive, ont bien cet objectif en tête. « Nous sommes en reconversion professionnelle, nous avons passé un brevet professionnel de Responsable d’exploitation pour nous mettre à niveau. Notre projet sera finalisé d’ici cinq ans, le temps de tout mettre en place et de créer une vraie biodiversité », explique l’un des deux maraîchers. Leur projet n’est cependant pas mené de façon isolée : la ville de Beauvais, la région ainsi que l’association Terre de liens ont chacun apporté leur aide pour concrétiser ce bel exemple d’agriculture urbaine.