Réseau de chaleur, la 1ère pierre a été posée à Amiens

Publié dans le numéro 3681 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La 3e révolution industrielle est en marche. Brigitte Fouré, maire d’Amiens, et Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, ont posé la 1ère pierre pour officialiser la création du réseau de chaleur amiénois, à la station d’épuration d’Ambonne, fin juin. Cet événement s’est poursuivi par une visite au Quai de l’Innovation, à Amiens et par la signature d’un pacte entre Amiens Clusters, Amiens Métropole et Engie, visant à favoriser le développement de l’emploi et de l’innovation.

Brigitte Fouré et Isabelle Kocher lors de la pose de la 1ère pierre pour le réseau de chaleur d'Amiens Énergie à la station d'épuration d'Ambonne.

Le lancement des travaux du réseau de chaleur nous place dans le concert des villes de France tournées vers le 3e millénaire, a certifié Brigitte Fouré, maire d’Amiens, ces villes ont pris conscience que l’innovation aux services des habitants, les mutations technologiques et les nouveaux défis répondent aux exigences écologiques. J’ai souhaité qu’Amiens se positionne, et nous avons pensé notre réseaux de chaleur comme un projet ambitieux et innovant. Il s’inscrit dans notre politique de transition énergétique aux services de la qualité de vie des Amiénois. » Les habitants de l’ancienne capitale régionale disposeront bientôt d’un réseau de chaleur, ce qui permettra des économies d’énergies. À la station d’épuration d’Ambonne, l’installation d’une pompe à chaleur permettra de récupérer et de valoriser l’énergie contenue dans les eaux usées. Quant aux citadins non raccordés, le maire souhaite qu’ils bénéficient d’une aide octroyée par la Ville qui sera dédiée à la rénovation énergétique de logement. Le maire « entend fixer un cap clair (…), lutter contre la précarité énergétique, s’engager pour la baisse des tarifs et souhaite développer l’attractivité de la ville. Le plan visera à réduire les impacts carbone, c’est 28 000 tonnes de CO2 qui seront évitées par an, soit l’équivalent de 13 500 véhicules en moins », déclarait Brigitte Fouré. Méthanisation, récupération des eaux usées, géothermie, biomasse, et l’utilisation du biogaz, seront les premières étapes pour cette transition énergétique. Le maire entend faire d’Amiens « une ville modèle sur ce projet ». En 2019, les énergies renouvelables représenteront 60% de l’approvisionnement du réseau de chaleur.

17 start-ups étaient présentes au Quai de l'innovation pour la signature de la convention entre Amiens Métropole, Amiens Cluster et Engie.

Amiens, 1ère société d’économie mixte

Amiens est la 1ère société d’économie mixte de France dans le domaine de l’énergie. Avec la création de la Semop (Société d’économie mixte à opération unique), la collectivité de s’associe à l’opérateur privé Engie Cofely pour bénéficier du savoir-faire de l’énergie, tout en conservant le contrôle de son activité. Gabrielle Gauthey, membre du comité de direction du groupe de la Caisse des dépôt déclarait : « Cette ville a toujours été innovante, la Caisse des dépôts est partenaire des collectivités pour permettre l’émergence de projets structurants, c’est un groupe qui a pour mission d’accompagner les collectivités publiques, nous répondons présent à ce projet innovant et ambitieux qui sert la transition énergétique. »

Une démarche qui s’inscrit dans la Rev3

Le groupe Engie, partenaire principal, compte appliquer sa philosophie des trois D : décarboner, (ce qui signifie que les énergies renouvelables et le gaz remplaceront le charbon et le pétrole), décentraliser, (c’est-à-dire que jusqu’à 50% de l’énergie sera produite sur le site de la consommation) et digitaliser (car ces innovations s’accompagnent des technologies d’Internet et d’application informatique.)

La signature de la convention engage Engie sur une durée de 25 ans. La réalisation du réseau de chaleur fusionnera les quatre réseaux de chaleur déjà existants et l’étendra. Isabelle Kocher soulignait lors de son discours le dynamisme et l’engagement du territoire dans l’avenir : « Nous partageons une ambition commune, c’est d’être les pionniers de la Rev3. » Elle a rappelé également l’importance de l’énergie : « Sans l’énergie, il n’y a rien, pas d’éducation, pas de santé, pas de développement, la boucle ne s’amorce pas », a observé le rôle des pays européens, acteurs de la Rev3 et a prévenu que « les bouleversements qui s’amorcent seraient considérables et porteurs de progrès. »

Un partenariat entre Engie et Amiens Cluster

La seconde partie de la journée s’est rythmée par la visite d’Isabelle Kocher, Alain Gest, président d’Amiens Métropole et Joël Peron, président d’Amiens Cluster au Quai de l’innovation, à Amiens, pour la signature d’une convention de partenariats. 17 start-up étaient présentes afin d’exposer les innovations pré- sentes en Picardie. « Nous avons profité de la venue de la directrice général d’Engie pour signer une convention entre Engie et Amiens Cluster. Cela permettra une coopération régulière afin de diffuser les nouvelles technologies. Nous allons travailler ensemble, l’idée est d’enclencher des coopérations entre les start-ups amiénoises liées à la santé ou à l’énergie avec le groupe Engie », expliquait François-Xavier Level, délégué aux pacte emploi et innovation d’Amiens Métropole.