L’ITII mise sur l’innovation

Publié dans le numéro 3684 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’école d’ingénieur de Proméo et du Cnam Picardie a organisé la Journée de l’innovation le 29 juin pour la quatrième année consécutive. Avec une nouveauté cette année : les projets industriels.

Les étudiants ont du talent à l’Institut des techniques de l’ingénieur (ITII), installée à Beauvais. Cette année encore, le centre de formation de Proméo et du Cnam Picardie a organisé la Journée de l’innovation pour mettre en avant les innovations de leurs étudiants de deuxième année. Cette dernière est le fruit d’un travail d’une année scolaire basée sur les inventions. « Cette journée clôture le module « Innovation » des élèves, explique Hugo Vaquez, responsable de la formation ITII Picardie, cela leur permet de créer des projets entre les différentes filières (production, informatique et système électrique) et de mélanger des compétences, de monter un projet et d’innover. Il y a un aspect technique et pédagogique intéressante pour leur futur métier car le but est de présenter un prototype fonctionnel. » Pas de répit donc pour les futurs ingé- nieurs : le projet doit être innovant et sorti tout droit de leur matière grise, réalisable et fonctionnel. Cette année, en se baladant sur les stands, le public a pu découvrir un distributeur de sauce sans contact, un bracelet connecté pour le comptage des élèves en sortie pédagogique, une prise intelligente pour les malentendants, une tente gonflable sans énergie ou encore un gilet facilitateur de vie pour les coureurs, avec la gourde accrochée à la veste. « L’intérêt est que les étudiants sortent de cette formation avec de vrais compétences », confie Éric Odièvre, président de l’ITII Picardie et DRH du groupe Agco et Gima.

Le projet industriel au cœur de la formation

Pour la première fois cette année, ce module « Innovation » s’est ouvert aux projets industriels, soit la mise en œuvre concrète de projet d’entreprise de toute taille et de tout secteur. L’idée ? Répondre concrètement aux besoins des entreprises. « Avec le projet industriel, les étudiants doivent répondre à une problématique ciblée d’une entreprise, explique Éric Odièvre, en leur proposant une innovation et un prototype opérationnel. Ainsi, cela à un double intérêt : ces projets industriels permettent aux étudiants d’intégrer un bureau d’études et ils permettent aux entreprises de répondre à un besoin de façon innovante. Et avec des regards neufs, on peut faire de grandes choses ! » Et les résultats sont remarquables. Deux groupes d’étudiants ont travaillé pour le groupe Agco, l’équipementier de Massey Fergusson. Résultat : un robot collaboratif est né. « Nous avons conçu un robot, baptisé Cobot, qui permet d’aider le collaborateur pour des tâches répé- titives et de fixage, confie Yoann Croisier, un étudiant du groupe, l’intérêt est de ne pas remplacer le travail du collaborateur mais justement de l’aider avec des réactions intuitives du robot. » Une avancée pour le groupe Agco qui est en train de valider le prototype pour une mise en œuvre concrète au sein de ses systèmes de production les mois à venir. Dans la même dynamique, l’ITII lancera un Caplab en janvier 2018 dans lequel les étudiants auront accès à toutes les technologies du futur