Les entrepreneurs pensent à l’avenir

Publié dans le numéro 3683 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le premier réseau d’entrepreneurs de l’Oise, le Medef, et l’IUMM Picardie ont tenu leur traditionnelle garden party le 27 juin dernier au Domaine de Chantilly. Cette année, l’entreprise de demain était plus que jamais dans l’esprit de tous les chefs d’entreprises.

Comme chaque année, le Medef Oise et l’IUMM se sont associés pour défendre l’entrepreneuriat lors de leur garden party. En 2017, à l’heure de la troisième révolution industrielle, ou transition digitale et écologique sont le centre névralgique, les chefs d’entreprises ne peuvent échapper à toutes ces transformations et à la réinvention sous-jacente engendrée. Ensemble, ils repensent le système entrepreneurial et prônent un changement de modèle de l’économie des entreprises. Le but ? La pérennité des entreprises, la création d’emplois, le bien-être des salariés et la mise en place d’un nouveau modèle vertueux.

Dans l’Oise, le nouveau président du Medef Oise, (depuis le mois de juillet), Luc Baijot, défend l’avenir des entreprises, et pas seulement des plus grandes : « Nous continuons à fédérer. Le Medef, c’est quoi ? 90% de PME et de TPE. (…) L’entreprenariat est une formidable histoire de femmes et d’hommes qui visent le ciel pour toujours servir leurs clients. (…) Nous luttons pour le développement des entreprises. »

Et le développement des entreprises passe par une aide de la société. « Nous représentons les entreprises de demain, nous devons parler avec audace et conviction. (…) Laissons à nos entreprises la liberté d’entreprendre », a commenté Erick Maillet, président de l’IUMM Picardie.

« Changer de paradigme »

Lors de cette garden party tournée vers l’avenir, le Medef Oise avait convié Olivier de Pembroke, nouvellement élu à tête du CJD (Centre des jeunes dirigeants) France, pour évoquer, devant une assemblée de dirigeants, la nouvelle économie des entreprises… qu’il faut complètement inverser. « Il faut changer l’économie, a-t-il expliqué. Les modèles sont obsolètes : le modèle pyramidal réduit les libertés et il a eu sa gloire au siècle dernier. En 2017, notre environnement est en mouvement et complexe. Ce système pyramidal ne peut plus continuer, il engendre en plus la pollution mondiale. Il est urgent de s’arrêter et de réinventer notre système économique. » Alors, que faire ? Pour lui, le nouveau système économique devrait se baser sur les compétences, la confiance, la santé et la mixité, dans une France riche de son innovation et de sa culture : « Il faut un système économique vertueux basé sur l’humain et la planète. »

Pour le représentant des jeunes dirigeants de France, l’entreprise de demain se base sur des changements des rôles : « Il faut que le management soit davantage pédagogue en accompagnant ses équipes et en misant sur le savoir-agir. Du côté des acteurs, il faut qu’ils soient collaboratifs, que son bien-être et celui de son voisin soient une priorité. Sans oublier le climat de confiance, qui est primordial pour créer un écosystème vertueux. » En somme, l’entreprise de demain se base sur l’épanouissement des acteurs et d’un grand projet collaboratif pour écrire l’histoire économique de demain. Même si aujourd’hui ces idées ne sont pas encore appliquées dans toutes les entreprises, elles ont été ovationnées par les dirigeants, tous conscients et prêts à ce changement.