Le Traiteur picard lance des conserves au goût de la Picardie

Publié dans le numéro 3682 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Dans le village de Formerie (Oise), Nicolas Denouette est connu pour sa cuisine. Traiteur depuis dix ans, il s’est spécialisé dans la cuisine de sa région natale à partir de produits locaux. Depuis le mois d’avril, il a lancé une conserverie avec les produits de « chez nous ».

Nicolas Denouette lance 14 recettes de conserve et ambitionne d’en vendre 20 d’ici la fin de l’année.

La Picardie dans un bocal… c’est tout un projet. Depuis le mois d’avril, Nicolas Denouette, gérant du Traiteur picard et installé à Formerie, a lancé 14 recettes en conserve 100% cuisine régionale. Dans l’Oise, il est le seul à s’être jeté dans cette aventure gastronomique qui ravit les papilles. Parmi les recettes phares, il y a le pâté picard, le confit de foie et de porc, la terrine de canard et une recette exclusive, le porcelet en gelée. « Je travaille avec des produits locaux et frais depuis dix ans. Je suis traiteur et je n’ai donc pas de boutique. Mais beaucoup de mes clients voulaient retrouver mes plats toute l’année. L’idée a donc émané des clients : à force de demandes et après un an de travail, j’ai lancé la conserverie avec la même qualité et la même originalité », confie le traiteur. Passionné et amoureux de la Picardie, le cuisinier est l’un de ceux qui respecte la nature et qui mise sur la qualité en travaillant avec des producteurs locaux. « Je suis Picard et fier de l’être. Je trouve que nous avons tout chez nous, donc pourquoi aller chercher ailleurs ? Je travaille avec des producteurs à côté de chez moi et je privilégie depuis toujours les circuits courts. Cela permet de mettre en avant leurs produits et de proposer de la qualité aux clients », explique le traiteur qui cherche actuellement un éleveur d’oies picard.

Parcours d’un passionné

À 38 ans, Nicolas Denouette a déjà plus de 20 ans d’expérience dans le domaine. Plus jeune, il avait déjà une idée bien précise sur son avenir. À 15 ans, il commence en tant que charcutier-traiteur par passion pour la cuisine, une appétence qui ne l’a plus jamais quitté. « J’ai découvert ce métier ado et j’ai tout de suite su que c’était ce que je voulais faire, se souvient-il, ensuite, j’ai fait le tour de France pour travailler et découvrir les produits. Je suis revenu à Formerie, j’ai travaillé comme traiteur, puis j’ai repris l’entreprise de mon patron. À 28 ans, j’ai lancé Le Traiteur picard et cela fait dix ans ». Depuis, il cuisine des plats de « chez nous » à l’instar du poulet à la picarde, un des plats que les clients s’arrachent le plus. Son point fort ? L’originalité et la qualité. « Il faut faire des choses diffé- rentes et j’adore créer », s’enthousiasme-t-il. Garantie sans nitrite, sa cuisine met en avant le goût : « Je préfère qu’on me dise que c’est bon, plutôt que c’est beau », assure-t-il. Nicolas Denouette n’est pas seulement traiteur, il est aussi chef d’entreprise. Il travaille en petit comité, avec deux apprentis charcutiers-traiteurs. « Ma plus grande fierté est d’avoir créé des emplois », se réjouit-il. Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, ce traiteur picard vend ses nouvelles conserves en ligne : « Si je peux importer un peu de Picardie en France, je serai le plus heureux. »