Le tourisme : une aubaine pour le développement économique

Publié dans le numéro 3682 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le tourisme est un secteur dynamique, créateur d’emplois et de richesse pour la région. C’est ce que révèle une nouvelle enquête de l’Insee dévoilée début juillet à Lille et à Amiens. Elle s’appuie sur des chiffres de 2014.

Le tourisme génère 70 000 emplois dans la région.

Avec plus de six milliards d’euros de dépenses touristiques, soit l’équivalent de 4,3% du PIB régional, les Hauts-de-France se situaient au 9e rang national en 2014. C’est ce que révèle une étude de l’Insee rendue publique début juillet à Lille et à Amiens.

Restauration et transports

Pour mesurer l’impact de la consommation touristique, l’institut de statistiques a retenu trois composantes : les dépenses en services caractéristiques (restauration, hôtellerie, culture, loisirs etc.), les autres dépenses non spécifiques (achats de souvenirs, aliments, boissons etc.) et la valorisation des nuitées passées en résidences secondaires. Les secteurs de la restauration et des transports sont ceux qui pèsent le plus avec respectivement 852 et 795 millions d’euros. Soit l’équivalent de 13,4 et 12,5 des dépenses touristiques, des chiffres supérieurs à la moyenne des autres régions de province. « Le poids important de la restauration est dû en partie au tourisme d’affaires, très développé dans la région, en particulier dans la métropole lilloise. Pour les transports, cela s’explique par la présence de grands axes autoroutiers comme l’A1 et l’A26 », précise Audrey Baëhr, chef de projets à l’Insee. L’étude révèle par ailleurs que 422 millions d’euros ont été dépensés par les touristes en services culturels, sportifs et de loisirs. « La moitié de ces dépenses ont bénéficié aux parcs d’attraction et autres services récréatifs qui sont nombreux dans la région », poursuit la statisticienne.

70 000 emplois générés

En 2013, le tourisme a également généré 50 000 emplois directs dans la restauration, l’hébergement marchand, les sports et loisirs, le patrimoine et la culture. « C’est un volume comparable à celui de l’industrie agroalimentaire. Un très bon chiffre qui place les Hauts-de-France au 6e rang des régions de province », s’enthousiasme Audrey Baëhr. À cela s’ajoutent les 20 000 autres emplois indirects liés aux voyages ou à leur préparation comme les transports de manière plus générale ou les agences de voyages.

Là aussi, la restauration est le secteur le plus représenté avec près de 13 000 emplois. Vient ensuite l’hébergement marchand avec 11 000 emplois. À eux deux, ces secteurs d’activités concentrent 48% des emplois touristiques des Hauts-de-France, une proportion qui reste toutefois sensiblement inférieure à celle mesurée au niveau national (57%). À l’échelle départementale, l’étude révèle de fortes disparités. Le Nord concentre une importante part des effectifs employés dans la restauration, le commerce et l’artisanat. Dans l’Aisne, la Somme et le Pas-de-Calais, qui bénéficient de l’influence du littoral et de la présence de logements vacances, les emplois sont davantage tournés vers l’hébergement. Enfin l’Oise se caractérise par le poids prépondérant du secteur des sports et loisirs grâce à la présence de parcs d’attractions et à sa proximité avec Paris.