Deuxième édition du Prix innovation sécurité routière

Publié dans le numéro 3683 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pour la seconde année consécutive, la Sécurité routière a décidé de labelliser des produits ou services innovants, contribuant à l’amélioration de la sécurité routière. Tous les entrepreneurs peuvent envoyer leurs candidatures jusqu’au 15 septembre.

En 2016, plus de 57 000 accidents ont été enregistrés sur les routes de France et 3 477 personnes ont perdu la vie, dont 148 en Picardie. Si chaque année la Sécurité routière redouble d’efforts en matière de prévention, les chiffres de la mortalité stagnent depuis plusieurs années. C’est pourquoi, pour la seconde fois, la structure a choisi de récompenser les entreprises proposant des produits innovants à travers un Prix spécifique. Celui-ci est ouvert aux entrepreneurs, start-up ou groupes. Lors de la première édition, une centaine de propositions ont été faites au jury composé d’une dizaine de professionnels. Quatre idées ont été primées. Cette année, les dossiers de candidature peuvent être envoyés jusqu’au 15 septembre.

Être innovant

Pour être éligible, les projets présentés à ce Prix de l’innovation doivent être « réellement innovants », c’est-à-dire présenter des caractéristiques ou des usages nouveaux dans leurs utilisations. Ils doivent également pouvoir toucher le plus large public possible – deux-roues, vélos, voitures, piétons, poids lourds –, tout en étant conformes aux réglementations en vigueur. Évidemment, les idées soumises doivent améliorer de façon efficace la sécurité routière au quotidien ou faire la promotion de comportements responsables. Cela peut concerner aussi bien la lutte contre l’alcoolémie au volant (19% des accidents), que la vitesse (31% des accidents), la consommation de stupéfiants (9%) ou encore la fatigue (3%). Chaque idée doit être assez avancée pour permettre sa commercialisation à grande échelle, l’année même de la décision du jury. Par exemple, pour une fin des candidatures en septembre 2017 et des résultats rendus publics en février 2018, les lauréats doivent de façon obligatoire proposer leurs produits dans les mois qui suivent.

Être largement diffusé

Après une première sélection, une vingtaine de propositions sont ensuite soumises à un jury de professionnels, présidé par le délégué interministériel à la sécurité routière. En février 2017, quatre lauréats ont été récompensées. Tous ont pu bénéficier du label Sécurité routière afin de promouvoir leurs produits. Parmi eux, la start-up « J’aacelere » qui a pour objectif de digitaliser la conduite accompagnée grâce à une application mobile. L’appli enregistre les données de trajets et les manœuvres effectuées par les élèves. Les auto- écoles peuvent suivre ainsi l’évolution du niveau de conduite et les difficultés rencontrées. Le moniteur peut ensuite proposer des rendez-vous à l’élève en fonction de ses besoins. Également récompensé l’année dernière, Jérôme Scalia, fondateur d’Awaken Car, a créé un boîtier connecté à brancher sur la prise diagnostic de la voiture (au niveau de l’accélérateur et du frein). En cas d’accident, le boîtier permet de géolocaliser la voiture et prévient de façon automatique le Samu si besoin. Grâce à une analyse des données (vitesse, choc, tonneaux…), les fausses alertes sont évitées.