Bonduelle, un fleuron de l’industrie agroalimentaire

Publié dans le numéro 3683 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’usine d’Estrées-Mons, première du groupe, existe depuis 1963. Située à l’est de la Somme, l’entreprise s’étend sur 70 hectares. Elle produit 200 000 tonnes de légumes chaque année, de 38 variétés différentes, cultivés sur 19 000 hectares répartis en France et à l’étranger grâce à 1 400 producteurs.

Le groupe Bonduelle possède la marque Cassegrain dont la seule usine au monde est à Estrées-Mons. Elle travaille pour toute l’Europe et les États-Unis où elle est le leader sur le marché. C’est également un centre européen de logistique avec la plus haute chambre froide d’Europe de 36 mètres de haut, qui peut contenir 23 000 palettes. La qualité des légumes est maîtrisée du champ à la boîte, ou six heures sont nécessaires. De nombreuses certifications afin de garantir la traçabilité et la sécurité alimentaire sont imposées. Par an, cela se traduit par 18 000 analyses microbiologiques, 2 000 analyses chimiques mais aussi 200 dégustations pour le contrôle sensorielle.

Une usine importante dans le monde

Thierry Baptiste, DRH du site, détaille les points forts de Bonduelle : « Il n’y a ni colorants, ni conservateurs dans nos conserves et surgelés. Nous exigeons une grande qualité de légumes. Ils sont cuits à la vapeur avec très peu d’eau et préparés, prêts à manger. Nos clients sont le marché de la grande distribution et à 70% les food services – comme McDonald’s, Flunch, Buffalo –, les cantines, les maisons de retraite. Nous sommes leader en champignons cultivés dans nos champignonnières. Nous avons des partenariats avec des chefs étoilés pour préparer des mono-doses et faisons des produits vegan pour le marché des particuliers. »

Un besoin de main-d’œuvre

Malgré cela, le DRH confie la problématique du recrutement. Actuellement, il y a 853 collaborateurs en CDI sur le site, mais l’entreprise cible 930 postes. La pyramide des âges est vieillissante, des départs en retraite sont prévus. « Le risque est de perdre des compétences avec un impact important sur des métiers comme cariste, électromécanicien, conducteur de ligne, chef de ligne et managers intermédiaires. Nous employons 900 collaborateurs saisonniers et voudrions en avoir 1 250. Leur taux de fidélisation est de 83%. Ils sont d’ailleurs la principale source de recrutement des permanents : 62% des dernières embauches en CDI proviennent de candidatures saisonnières. Nous avons signé un partenariat avec Pôle emploi, le conseil régional des Hauts-de-France, Nemos… Notre objectif est de professionnaliser nos saisonniers en leur offrant une formation de 18 mois en alternance. À la fin, celle-ci est liée à un emploi. Ce sont des métiers prestigieux en raison des compétences très particulières », assure Thierry Baptiste.

Une usine en pleine mutation

Un plan stratégique du site d’Estrées-Mons est engagé depuis 2016, et ce, jusqu’en 2018, avec un investissement de 20 millions d’euros chez Cassegrain. Il a pour but de porter la capacité de 31 000 à 65 000 tonnes en trois ans, grâce à de nouvelles machines. Le renouvellement du bâtiment Bonduelle a pour objectif de faire passer la production du haricot vert, deuxième légume après le pois, de 11 000 à 14 000 tonnes par an. Un investissement de 2,5 millions d’euros est prévu pour les nouveaux produits surgelés dédiés au marché européen et celui de l’Amérique du nord. Tout cela ne peut que donner envie d’intégrer les effectifs de Bonduelle.