Mousline ouvre ses portes

Publié dans le numéro 3673 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’opération est inédite dans son approche. Le groupe Nestlé a reçu le 25 avril dernier les cinq premiers consommateurs gagnants du concours « C’est moi qui fabrique », lancé en début d’année via une campagne dans la presse et sur Internet.

Richard Girardot, président de Nestlé France, avait tenu à être présent afin de montrer la volonté d’ouverture et de sincérité du leader mondial sur le marché vis- à-vis des consommateurs. Le principe était simple : les cinq personnes tirées au sort venues des Hauts-de-France et d’Île-de-France étaient invitées à découvrir les secrets des différentes étapes de fabrication de la purée, fabriquée dans cette usine : de Rosières-en-Santerre Mousline depuis 50 ans, en phase de recrutements. Il est en effet important pour les consommateurs de savoir que les pommes de terre sont cultivées à côté de l’usine, dans cette région du Santerre, terre d’excellence pour le tubercule. Plusieurs variétés sont livrées, la Bintje, l’Asterix, la Fontane, etc. Il y a un ancrage local très important, car 180 producteurs, situés dans un rayon de 25 kilomètres, livrent 100 000 tonnes par an. Les 165 salariés travaillent en 3, voire 4×8, 21 000 tonnes de purée en flocons sont fabriquées chaque année.

La matinée fut consacrée à la visite des laboratoires de fabrication, avec toute la sécurité alimentaire requise, blouse, charlotte et chaussures afin d’éviter toute contamination. Les pommes de terre sont triées et 200 kilos sont épluchés à la minute par des machines très performantes, qui sont aussi pré- sentes dans les autres étapes que sont la cuisson, le séchage et le floconnage. Les techniciens et opérateurs qui les supervisent se sont prêtés au jeu des questions-réponses des collaborateurs d’un jour, très heureux de valoriser leur métier et leur savoir-faire. L’innovation est au cœur de l’activité agroalimentaire, dont la France en est le laboratoire. Elle fait partie de l’ADN du groupe depuis l’invention de la farine lactée, en 1866, par Henri Nestlé pour les mères ne pouvant pas allaiter.

L’après-midi, des salariés ont partagé leur poste de travail avec les cinq heureux élus. Évelyne, venue de Oye-Plage dans le Pas-de-Calais, a traité des échantillons de pommes de terre fraîchement réceptionnés au côté de Justine. « Je suis très contente d’avoir découvert cette usine, étant consommatrice de purée Mousline. J’ai pu comprendre la chaîne de fabrication. Il est vrai que c’est un métier ingrat, fatigant, mais c’était passionnant et j’ai beaucoup appris. » Au cours du point presse, le président Girardot a remis l’église au milieu du village : « Je remercie les équipes qui se sont mobilisées depuis 18 mois pour organiser ces journées découvertes sur cinq de nos sites en France, qui font tous de l’agroalimentaire. Il s’agit d’une opération transparence sur la qualité de notre produit fabriqué à Rosières. Le bashing, ça suffit, c’est la tendance actuelle pour tout et dans tous les secteurs ! Nous nous améliorons en permanence. Nous n’utilisons aucun produit colorant, aucun conservateur. Il y a 99% de pommes de terre et 1% de colza et de romarin. Nous mettons des recettes sur nos boîtes afin de sortir de l’utilisation classique de la purée Mousline et puis nous nous adaptons aux besoins et aux goûts des clients. »