Un temps pour elles

Publié dans le numéro 3668 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La MSA Picardie proposait courant mars une journée dédiée aux exploitantes agricoles. « Et si on parlait du travail », tel était le titre de ce temps pour ces femmes, organisé à Conty, dans l’environnement champêtre et détendu des Ateliers du Val de Selle.

Toute une journée rien que pour elles, loin de leurs exploitations et des préoccupations qui vont souvent avec. « Elles », ce sont ces agricultrices que la MSA souhaite accompagner dans un questionnement autour de leur organisation du travail. En effet, comment concilier le développement de leur entreprise et la construction-préservation de leur santé ? Autant d’interrogations posées ce jour-là et pour lesquelles la Mutualité sociale agricole a pu apporter de nombreuses réponses très concrètes. « Porter un regard sur l’activité réelle des exploitantes, montrer l’intérêt et la richesse des échanges sur la manière de réaliser le travail, offrir des perspectives aux exploitantes agricoles pour développer leur activité en accord avec leurs convictions, les accompagner dans la préservation de leur santé tant professionnelle que personnelle… sont autant de sujets que nous voulions aborder lors de cette journée, notamment autour d’un film et d’ateliers », résume Najat Ezzahar, conseillère sociale à la MSA Picardie qui s’est appuyée sur un support vidéo. Le film Et si on parlait du travail ?, présentant l’activité de quatre exploitants agricoles et suivi d’un débat, a permis d’offrir une porte d’entrée pour ouvrir la discussion sur les problèmes que rencontrent les agricultrices.

Des actions autour de la santé au travail

À l’issue du déjeuner, les organisateurs de la journée se sont succédés pour la présentation des actions sanitaires et sociales/ santé sécurité au travail sur le territoire picard. Craintes pour l’avenir, fatigue, poids administratif, famille à gérer, problèmes de santé, cela fait beaucoup de choses à supporter pour ces femmes, exploitantes elles-mêmes ou conjointes collaboratrices. « Depuis plusieurs années, les crises agricoles succèdent aux crises, renvoyant l’image d’un secteur agricole en grande difficulté. Nous mesurons et partageons ces inquiétudes et nous nous mobilisons en mettant en œuvre tous les moyens d’intervention dont nous disposons pour aider nos adhérentes, en collaboration avec nos élus MSA sur le terrain », assure Sandra Wanecque, conseillère en prévention des risques professionnels au sein du service de santé sécurité au travail de la MSA de Picardie, qui, ce jour-là, a pu parler des ateliers autour du développement personnel et de l’estime de soi, mais aussi d’informations sur les formations et les droits de ces femmes. Notamment sur le statut de l’agricultrice : conjointe collaboratrice, exploitante, co-exploitante ou salariée. Les aspects fiscaux, sociaux et juridiques ont un rôle à jouer dans chaque situation et chaque exploitation, pour déterminer le bon statut à adopter, notamment en fonction du régime matrimonial. Les situations sont très différentes selon les exploitations et le conseil d’un juriste fiscaliste est souvent nécessaire, puis les conseillers MSA viennent finaliser le choix du meilleur statut à adopter. Sur ce statut social et juridique de l’agricultrice, une réunion spécifique d’informations est prévue le jeudi 4 mai, dès 14h, à la salle de la communauté de communes de Conty.