Égalité hommes/femmes : des écarts toujours flagrants

Publié dans le numéro 3669 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’Insee a présenté début mars son étude sur « L’égalité entre les femmes et les hommes : des écarts tout au long de la vie, dans les Hauts-de-France ». L’occasion de mettre en lumière les différences professionnelles entre les hommes et les femmes.

Les filles réussissent mieux le Bac, leurs études, elles sont scolarisées plus longtemps et font globalement des études plus longues. Il y a un écart de cinq points dans la région, entre le taux de réussite des filles et des garçons », note l’étude de l’Insee. En effet, dès le lycée, filles et garçons s’orientent différemment. « Les filles étudient plus souvent les filières littéraires, sanitaires et sociales. Alors que les garçons sont plus présents dans les séries scientifiques et techniques. » Dès le début de la vie active, les jeunes femmes sont moins présentes sur le marché du travail que les hommes. « Dans les Hauts-de-France, en 2013, les jeunes femmes de 25 à 29 ans représentent 85% des actives. Cette proportion est inférieure de 10 points, comparée au taux de 95% observé chez les hommes actifs », note l’Insee. L’étude révèle que l’écart grandit avec l’absence de qualification. En effet, les femmes diplômées travaillent autant que les hommes diplômés. Alors que les femmes non diplômées travaillent moins que les hommes sans diplôme. Et pourtant les taux de chômage pour les deux sexes sont proches. L’Insee dévoile que dans la région, seulement 68,5% des femmes âgées de 30 à 65 ans sont actives contre 80,2% des hommes. L’écart entre les deux sexes, de 11,7 points, est le plus élevé de France.

19 080 contre 25 900 euros

En 2013, dans les Hauts-de-France, le revenu annuel moyen d’une femme est de 19 080 euros contre 25 900 euros pour les hommes. « Près de 30% des femmes étaient à temps partiel en 2013, pour 5% des hommes. Les postes occupés par les femmes en termes de positionnement hiérarchique et de secteur d’activité sont différents. Les femmes sont peu souvent cadres et elles occupent des métiers moins rémunérateurs que ceux des hommes. Elles exercent des emplois dans le service à la personne, le secteur administratif, de la santé et de l’éducation. Alors que les hommes sont plutôt dans les domaines de l’industrie, des transports, de la construction », explique l’Insee. Pourtant, une fois un rééquilibrage réalisé entre ces taux, un écart salarial de 10% persiste entre les hommes et femmes, sans que l’Insee arrive à l’expliquer.

Les femmes vivent plus longtemps

Dans la catégorie des plus de 65 ans, les femmes représentent 60% de la population, soit 555 000 personnes dans les Hauts-de-France. Contre 58% au niveau national. Une explication ? L’espérance de vie chez les femmes est plus élevée que celle des hommes, due à des comportements moins à risques ou à des métiers moins pénibles. « La part des hommes et des femmes tout au long de la vie est égale : 50/50. Mais nous voyons qu’à partir de 45 ans, la proportion d’hommes diminue en faveur de celle des femmes », souligne l’Insee.