Amiens Métropole et Engie Cofely lancent Amiens Énergies

Publié dans le numéro 3670 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les deux acteurs associent leurs compétences pour créer une Société d’économie mixte à opération unique (Semop) dédiée à l’énergie. Une première en France dans ce domaine. Amiens Énergies valorisera les infrastructures déjà existantes pour produire et commercialiser une énergie plus respectueuse de l’environnement.

Améliorer le pouvoir d’achat des Amiénois en baissant et en stabilisant le prix de leur facture énergétique, rendre l’air plus respirable, valoriser les énergies déjà disponibles et accélérer l’indépendance énergétique de la ville… Les objectifs d’Amiens Energies sont ambitieux, comme l’explique David Lemaitre, directeur de cette Société mixte à opération unique (Semop) : « C’est un projet totalement inédit. Déjà parce que c’est la seule structure de ce type dédiée à l’énergie en France. Ensuite parce que la ville d’Amiens sera la seule à partir de 2019 à être dotée d’un réseau de chaleur reposant sur un mix énergétique associant cinq sources d’énergies de récupération et renouvelables ». Amiens Énergies prévoit en effet d’exploiter les installations déjà existantes pour produire et distribuer sa propre chaleur. Objectif : que les énergies renouvelables et de récupération représentent 60% du mix énergétique d’ici à deux ans. Les différentes sources utilisées seront les eaux usées de la station d’épuration Ambonne qui rejette chaque année 8,3 millions de m3 d’eau usée, la chaleur de récupération de l’usine de méthanisation, la géothermie sur nappes, la biomasse et le biogaz. « Cette démarche permettra d’éviter 28 000 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent 13 500 véhicules amié- nois en circulation », se félicite David Lemaitre.

Deux ans de travaux

« C’est un projet ambitieux qui place la ville dans le troisième millénaire », ajoute Brigitte Fouré. Un projet également « technique et stratégique » qui a nécessité de longs mois de réflexion et mobilisé de nombreux élus. « Nous avons passé des heures et des heures à choisir notre futur partenaire. Nous avons finalement opté pour Engie Cofely grâce à son savoir-faire et à sa proposition mixte qui ont fait la différence », précise le maire d’Amiens. Un temps de réflexion assez long qui s’explique par le fait que la collectivité s’engage pour 25 ans aux côtés du groupe dans ce projet. « La ville est actionnaire à 34%, Engie Cofely à 51% et la Caisse des dépôts à 15%. Un montage juridique inédit qui permet à la ville d’être à la manœuvre et de peser dans les choix stratégiques », indique Benoît Mercuzot, président d’Amiens Énergies et adjoint au maire, délégué aux finances et à l’innovation.

Les futurs clients de la Semop seront principalement des bailleurs sociaux, des bâtiments collectifs et équipements sportifs, culturels etc. La ville souhaite par la suite séduire les industriels. Avant ça, deux ans de travaux seront nécessaires pour relier les deux réseaux de chaleur de la ville. « Ils seront réalisés en même temps que ceux pour le BHNS, ce qui limitera la gêne occasionnée », rassure Brigitte Fouré.