Solidarité pour Kindy

Publié dans le numéro 3665 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le spécialiste de la chaussette basé à Moliens est en redressement judiciaire depuis le 28 février. Une belle solidarité s’est organisée autour de l’entreprise de 112 salariés. Les messages de soutien et surtout les ventes sont en augmentation.

Kindy, une vraie marque picarde.

Le Groupe Kindy remercie ses clients distributeurs, les consommateurs et les médias pour leur soutien dans cette période difficile. » Cette phrase vaut mieux que tous les discours. Depuis la mifévrier, date de la décision de la procédure de sauvegarde de Kindy SA, beaucoup font bloc autour de l’entreprise basée depuis 1863 à Moliens, dans l’Oise. Sur l’exercice clos fin juin 2016, le Groupe Kindy a réalisé un chiffre d’affaires de 32,3 millions d’euros avec ses pôles chaussettes et chaussures pour enfant, mais la conjoncture du marché et des marques distributeurs ne faisant plus appel à ses compétences l’ont fragilisé.

Six mois

Dans une autre décision en date du 28 février 2017, le tribunal de commerce de Beauvais a placé en redressement judiciaire, pour une période de six mois, les quatre filiales du Groupe Kindy, celles-ci étant dans l’impossibilité de faire face à l’ensemble de leurs dettes opérationnelles (fournisseurs, dettes fiscales et sociales…). La société Business Sport Socks, (BSS) n’étant pas en état de cessation des paiements, a été placée en sauvegarde. L’étude FHB a été désignée en tant qu’administrateur judiciaire de l’ensemble des sociétés. « Plus que jamais nous sommes à la recherche d’un investisseur, d’un nouvel actionnaire, d’un repreneur, explique Brigitte, la responsable du magasin d’usine. Un appel à candidatures a été lancé. Nous restons positifs. Nous avons le potentiel d’être repris grâce à notre marque Kindy. Il y a une vraie génération Kindy. « Les chaussettes qui ne cachent plus » est un slogan qui marque encore les esprits. » Le Groupe Kindy est l’équipementier du pied, avec notamment la marque Kindy lancée en 1966 et s’organise autour de deux pôles : la chaussette, son métier historique – avec Kindy, Innov’Activ, Achile, Thyo, Le Coq Sportif et Skechers à partir de l’été 2017 –, et la chaussure pour enfant haut de gamme avec les marques GBB, Achile, ainsi que les licences Catimini et IKKS.

Recherche et développement

L’équipe de recherche et développement du Groupe Kindy s’illustre dans le développement de chaussettes techniques, avec les gammes Innov’Activ et Thyo, qui font l’objet de nombreux dépôts de brevets. Pour certaines, elles peuvent prévenir les mauvaises odeurs, assurer le confort des pieds lors de sessions sportives, être portées comme de véritables accessoires de mode ou tout simplement tenir les pieds bien au chaud. Leur fabrication est assurée par le groupe en France, tout comme les chaussettes de la marque Achile. Ces produits sont distribués via la GSA, la GSS, la distribution sélective, les parapharmacies et le e-commerce avec quatre sites Internet détenus en propre (kindy.fr, achile.com, thyo.fr, chaussettes.com). Depuis l’annonce des difficultés du groupe, les ventes ont explosé. « On ne s’attendait pas à cette solidarité, confie Brigitte, tout en conseillant des clientes. Cela permet de faire parler de nous, de montrer que Kindy existe encore, que l’on a des ouvriers et que l’on fabrique encore en France ! »